le citoyen veilleur

Le meilleur des mondes

 

 

Aldous Huxley

Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, l’on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limitée et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il es bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.
 
Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »
 
Aldous Huxley, Le Meilleur des Mondes (1932)

 

Posté par naninet à 12:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2017

Myriam El Khomri, ministre du Travail, a occupé un emploi illégal

Myriam El Khomri, ministre du Travail, a occupé un emploi illégal

Daniel-Vaillant-Myriam-El-Khomri

24 février 2017

Adjointe au maire du 18e arrondissement de Paris Daniel Vaillant jusqu’en 2014, Myriam El Khomri était en même temps l’assistante parlementaire du député… Daniel Vaillant. Un mélange des genres illégal.

***

Comme le chantaient Simon & Garfunkel en 1964, « les paroles des prophètes sont écrites sur les murs du métro et les halls de HLM » (traduction libre). C’est en effet sur un blog confidentiel, dans un billet qui n’a suscité aucun commentaire, que nous avons découvert cette information à première vue stupéfiante : Myriam El Khomri, ministre du Travail, a occupé par le passé un emploi illégal.

Le blogueur « Sam Menerve » y affirme que lorsqu’elle était adjointe de Daniel Vaillant, maire du 18e arrondissement de Paris jusqu’en avril 2014, elle était simultanément l’assistante parlementaire de Daniel Vaillant, député de Paris.

La consultation des déclarations d’intérêts et d’activités des deux élus concernés sur le site de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique (HATVP) laisse en effet peu de doutes.

Sur la première version de celle de Daniel Vaillant, publiée le 29 janvier 2014 (trois mois avant qu’il quitte la mairie du 18e arrondissement de Paris, donc), Myriam El Khomri est nommément citée comme assistante parlementaire :

Sur celle de Myriam El Khomri, datée du 28 octobre 2015, cette dernière confirme qu’elle a été assistante parlementaire jusqu’en avril 2014 :

« Sam Menerve » explique pourquoi ce cumul de fonctions est illégal :

L’article L. 2122-6 du code général des collectivités territoriales (modifié par la loi n°2004-809 du 13 août 2004) prévoit que les agents salariés du maire ne peuvent être adjoints si cette activité salariée est directement liée à l’exercice du mandat du maire. Un arrêt du Conseil d’Etat du 15 janvier 1997, élections municipales de Héricourt, a étendu cette disposition aux assistants parlementaires dès lors qu’ils sont élus municipaux et que le maire est également le parlementaire qui les emploie. Cet arrêt reprenait déjà une décision antérieure du Conseil d’Etat en date du 21 octobre 1992, élection du 8e adjoint au maire de La Grande-Motte. Plus récemment, un arrêt du tribunal administratif de Melun a annulé l’élection d’une adjointe au maire de Saint-Maur-des-Fossés, car cette dernière était aussi l’assistante parlementaire du maire-député.

En résumé : on ne peut pas être le collaborateur parlementaire d’un député/sénateur-maire dont on est également l’adjoint. Incompatibilité qui n’a chagriné ni Daniel Vaillant ni Myriam El Khomri.

***

Au cas où les deux protagonistes ne seraient ni ministres ni parlementaires au printemps prochain, leurs déclarations d’intérêts et d’activités seront dépubliées par la HATVP.

En voici donc des copies :

Posté par naninet à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moscou prévient Alger : Un vaste complot se dessine contre l'Algérie, les Marines US débarquent en Tunisie

Moscou prévient Alger : Un vaste complot se dessine contre l'Algérie, les Marines US débarquent en Tunisie

Un vaste complot se dessine contre l’Algérie, avertit Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Russie.

En visite éclair en Tunisie, il y a quelques jours, le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, a soutenu lors de sa visite, il y a quelques jours à Tunis, que des «parties étrangères» veulent mettre l’Algérie à feu et à sang à travers la commercialisation d’un printemps algérien. Sans les nommer, le diplomate russe a ajouté que ces mêmes parties «ont ouvert plusieurs fronts près des frontières algériennes depuis la Libye, la Tunisie et le Mali».
Etant des alliés traditionnels, M.Lavrov a notamment réitéré le soutien de son pays à l’Algérie. Le chef de la diplomatie russe a dévoilé, lors de son passage en Tunisie, que l’Algérie est devenue la cible des instigateurs et autres fomenteurs qui insistent pour y écrire le dernier épisode d’un supposé printemps arabe. Aussi, a-t-il mis en garde les autorités algériennes contre lesinstigateurs de ce qu’on appelle «printemps arabe».

Le ministre russe des AE incrimine directement ceux qui ont été à l’origine des bouleversements provoqués délibérément en Tunisie, en Libye et au Mali, d’où parvient la plus grande menace contre l’Algérie. Il estime que les conspirateurs du nouvel ordre mondial établissent leurs plans à base d’une politique d’influence en misant sur les minorités populaires et les réseaux terroristes.

Cependant, cette menace soulignée par Moscou n’est pas nouvelle pour les services de renseignements algériens, pas une menace qu’ignorent les services de renseignements algériens. Soumis à une très forte pression depuis le début de la guerre civile en Libye, les forces de sécurité algériennes ont misé sur leur expérience acquise sur le terrain de la lutte antiterroriste. En un temps relativement court, des milliers d’informations et de témoignages de première main ont été analysés et recoupés par les services du DRS engagés dans une course contre la montre contre tous genres de menaces, notamment des groupuscules criminels nés à l’ombre d’une crise libyenne qui aura servi de catalyseur au mouvement jihadiste. Un mouvement relativisé et parfois banalisé par l’ensemble des parties entrées en guerre contre le régime d’El Gueddafi, dont la France, la Grande-Bretagne et les USA.

Dans leur banque de renseignements les services de sécurité ont réussi à identifier des réseaux nouvellement constitués composés de Marocains et de Libyens.

L’arrestation de plusieurs agents du Mossad en Algérie en est la preuve tangible. Ne jugeant pas nécessaire de dévoiler le véritable scénario programmé contre l’Algérie, des sources très au fait du contexte confient que l’Algérie constitue «un terreau fertile» pour les grands appétits occidentaux. Le rapport du département d’Etat américain sur les droits de l’homme qui épingle paradoxalement l’Algérie et l’analyse du Combating Terrorism Center (CTC) de l’Académie militaire de West Point qui a mis sous la loupe tout ce qui se passe dans le sud de l’Algérie, prétextant que cette région névralgique de l’économie du pays, serait l’épicentre d’un éclatement populaire à cause de la marginalisation des minorités, ne peuvent être considérés que comme une introduction aux véritables visées des Occidentaux.

Une perception initiatrice de ce qui se prépare. «L’Algérie est-elle dans le collimateur des USA?» s’interrogeait L’Expression dans l’une de ses précédentes éditions! La réponse a été révélée dans les colonnes du Los Angeles Times. Le journal rapporte que «des troupes de forces spéciales américaines se sont installées en Tunisie». Cette présence dont nous avons fait foi, mais démentie par les autorités tunisiennes est justifiée, souligne le même organe de presse par le fait «d’entretenir les forces militaires tunisiennes en matière de lutte contre le terrorisme».

Les marines dont le nombre serait d’une cinquantaine ont pris position au sud de la Tunisie à un vol d’oiseau des frontières algériennes depuis le mois de janvier 2014. «Un avion de type hélicoptère s’y est installé aussi», précise encore le Los Angeles Times. Ce n’est que l’aspect visible de l’iceberg et de l’énorme stratégie de guerre annoncée contre l’Algérie.

En effet, depuis la fin de l’année précédente, des informations vérifiées font état d’une forte présence d’agents des services de renseignement américains et d’agents de l’Africom dans le Sud tunisien. Jalouse de sa souveraineté, l’Algérie avait agi en un temps record pour libérer plus de 600 otages tout en sécurisant le périmètre. L’Unité spéciale appelée à mener l’opération avait impressionné le monde entier par son professionnalisme! Même si les USA prétextent leur mobilisation en Afrique pour une coordination de lutte contre le terrorisme et pour préserver leurs intérêts, il est tout de même difficile de ne pas croire que les USA n’ont pas un intérêt pour une partie de l’Algérie dont les réserves de gaz de schiste, de gaz conventionnel et d’autres minéraux comme l’uranium.

148767157394544643_o

http://www.fr.awdnews.com/politique/moscou-pr%C3%A9vient-alger-un-vaste-complot-se-dessine-contre-l-alg%C3%A9rie,-les-marines-us-d%C3%A9barquent-en-tunisie

Posté par naninet à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2017

Théo : son oncle est ministre au Congo !

vendredi 24 février 2017

Théo : son oncle est ministre au Congo !

On comprend mieux.

 

image

Tout s'éclaire ! 

Le tonton :

On ne va pas se fâcher avec la RDC !!!! 

 

Le silence assourdissant, l'aphonie sidérante de Thomas Luhaka, Apparatchick du régime d'imposture de Kinshasa et patriache de la famille Luhaka est incompréhensible au sein de la diaspora congolaise. Des interrogations fusent de partout. Sans doute répu par la dictature tyrannique et sanguinaire qu'il sert, pour l'ancien rebelle du MLC la famille ne compte pas trop. Même pas une conférence de presse depuis Kinshasa, en tant que parent pour s'exprimer sur l'affaire Théo Luhaka, appeler au calme sans envenimer la situation. C'estfacile de planquer sa famille en France et se cacher alors qu'en tant qu'acteur publique l'affaire Théo Luhaka n'est plus privée. Elle est même devenue mondiale avec les réseaux sociaux.Source
Thomas Luhaka

 

Posté par naninet à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

François Ruffin : « Ce sont des ouvriers qui sont touchés et on n’en a rien à foutre »

Récompensé par le César du meilleur documentaire pour Merci Patron!, film engagé et satirique qui égratigne avec dérision le géant du luxe LVMH et son PDG Bernard Arnault,  François Ruffin en a profité pour alerter sur le sort des ouvriers. il a directement interpellé le président de la République.

François Ruffin : « Ce sont des ouvriers qui sont touchés et on n’en a rien à foutre »

Récompensé du César du meilleur documentaire pour son film « Merci Patron ! », François Ruffin est monté à la tribune avec un tee-shirt anti-Bolloré et a dénoncé dans une charge violente les médias, les politiques et le président « sans cran » François Hollande. Bien vu… Même si, pour bien faire, c’est tout le système qu’il faudrait changer ! OD

(24 février 2017)

François Ruffin

Advertisements

Posté par naninet à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

UPR et François Asselineau : Les Preuves accablantes de la Censure du système ….

UPR et François Asselineau : Les Preuves accablantes de la Censure du système ….

François Asselineau. Quand on en arrive à ignorer sciemment un candidat, c’est que le personnage est dangereux pour le système. Il y a une différence notable entre ses discours et conférences où il montre une grande culture historique et politique, n’a jamais varié dans ce qu’il affirme qu’il fera, avec un programme net, clair et précis et, les girouettes ultra médiatisées qui s’embrouillent les pinceaux, racontent n’importe quoi à l’étranger, avancent et reculent comme de mauvais danseurs. Même si l’homme manque de charisme, sa constance force le respect. Au nom de la vraie démocratie, il a droit à la parole.

Très grandeAsselineau

La France n’est pas en démocratie. La commission européenne décide de 75 % à 80 % des lois dans l’Union Européenne et les référendums ne sont pas respectés

. Le référendum de 2005 auquel les français avaient dit NON a été piétiné par la signature du Traité de Lisbonne. C’est à partir de cette date, que les premiers symptômes de la dictature apparaîtront.

François Asselineau et L'UPR sont-ils victimes... par uprenbref

La France obéit maintenant aux recommandations que lui fait la commission européenne dirigée par des hommes corrompus.
Voter pour des candidats de droite et de gauche revient à la même soumission à l’Union Européenne et les candidats leurres comme Le Pen, Dupont-Aignan, et Mélenchon veulent une « Autre Europe », sans expliquer que renégocier les traités européens est impossible. Ces partis divisent d’ailleurs les français sur un clivage gauche-droite qui n’a plus d’importance étant donné l’impuissance de la France dans le choix de sa propre politique.
Pour ne pas que les français découvrent l’urgence et l’escroquerie de la situation politique française, les médias sont de plus en plus rachetés par de grands industriels ou des banques. Les analyses pertinentes de l’actualité sont de plus en plus rares à cause d’une politique médiatique d’info-divertissement ou d’info en continu.

Les articles des journalistes conscients sont filtrés par les grands éditorialistes.

Les autres sont autocensurés par le conformisme qui règne dans le paysage médiatique depuis des décennies. La liberté d’expression en France est classée au 45ème niveau mondial mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Grâce à l’essor d’internet, un parti résiste encore et toujours au matraquage médiatique pro-Union Européenne. C’est l’Union Populaire Républicaine (upr).

L’upr est un parti politique créé le jour du 50ème anniversaire du marché commun du Traité de Rome le 25 mars 2007, par François Asselineau actuellement candidat à l’élection présidentielle.

Ce parti a une croissance fulgurante malgré une censure féroce depuis 10 ans. La transparence de son fonctionnement plait aux français qui le découvrent. Le nombre d’adhérent n’est pas revendiqué mais publié en temps réel sur le site www.upr.fr et vérifiable par huissier de justice. Le parti est financé uniquement par les français et non pas par des fonds étrangers ou des prêts bancaires. Le discours repose sur une argumentation construite et non pas des slogans ou promesses vagues. Son programme n’a quasiment pas changé depuis ses 10 ans d’existence car l’actualité ne cesse de confirmer ses analyses. Il rassemble les français qu’ils soient de gauche, de droite, mais surtout les abstentionnistes qui découvrent un candidat lanceur d’alerte qui explique l’envers du décor de la politique.

Le site de l’upr est le 1er site de parti politique le plus consulté. Les initiatives d’affichages en font le 1er parti militant, sa chaîne Youtube est la 2ème chaîne politique française, et l’upr finit premier dans tous les sondages en ligne qui daignent intégrer l’upr par-ci par-.

L’upr compte maintenant 16 000 adhérents. Il représente le 5ème parti en nombre d’adhérents. C’est 7 fois plus que le NPA de Philippe Poutou qui est médiatisé et aidé à la recherche de parrainages. C’est 4 fois plus qu’Europe Ecologie les Verts qui est constamment médiatisé. Enfin l’upr c’est aussi 190 000 suffrages en 2015 et donc largement plus de votants qu’Emmanuel Macron qui a eu le droit à toutes les unes de journaux grâce aux soutiens de grands industriels et patrons de presse..

La réalité c’est que l’upr dérange ceux qui dirigent depuis 40 ans. Donc la stratégie employée par le gouvernement et les élites médiatiques pour lutter contre ce rassemblement citoyen consiste à :
ignorer totalement son existence

puis décrédibiliser ou diaboliser la présence de l’upr à l’élection présidentielle.

Blog de F.Asselineau: https://www.upr.fr/tag/blog

Blog de l'UPR::https://www.upr.fr/tag/blog


 

Voici la liste chronologique des preuves de censure et diffamation envers l’upr :

CENSURE

25/03/2007 – Aucun média n’est présent le jour du congrès fondateur de l’upr malgré les 81 journalistes contactés

04/02/2013 – Wikipédia censure toute notice concernant l’upr. La page de l’upr est traduite dans pratiquement toutes les langues sauf en français:
https://www.upr.fr/actualite/monde/le-traitement-defaveur-de-francois-asselineau-et-de-lupr-sur-wikipedia

05/05/2014 – Un auditeur adhérent upr interpelle Les Grandes Gueules sur RMC à propos de l’impossibilité de changer l’UE :

https://www.youtube.com/watch?v=ayKkXs0VhLo&list=PLELCtkuJQCe5lJlIqGsS1jSJkOuBDxLzX&index=5

23/10/2015 – Paris Normandie oublie l’upr dans les candidats aux régionales :
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=451186615068598&substory_index=0&id=451098771744049&hc_location=ufi

03/12/2015 – France 3 Normandie ment en affirmant avoir fait un reportage sur tous les candidats mais ils n’ont jamais contacté l’upr :
https://m.facebook.com/photo.php?fbid=461390384048221&id=451098771744049&set=a.451119985075261.1073741828.451098771744049&refid=13

16/12/2015 – Le gouvernement supprime l’égalité de temps de parole avec la loi Urvoas pour écarter des candidats comme Asselineau :

http://www.lefigaro.fr/politique/2015/12/16/01002-20151216ARTFIG00146-une-loi-veut-supprimer-l-egalite-de-temps-de-parole-des-candidats-a-la-presidentielle.php

29/03/2016 – Le Parisien oublie de citer Asselineau dans les petits candidats :
http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/la-revolte-des-petits-candidats-29-03-2016-5668409.php

31/08/2016 – Asselineau n’est pas invité aux Assises du Produire en France qui devraient donner la parole à tous les candidats et surtout ceux qui parle de l’article 63 du TFUE qui favorise les délocalisations. Bastien Faudot ou Jean-Christophe Lagarde sont invités. Les organisateurs Romain Mouton, et Yves Jégo ont ignorés des centaines des plaintes et mails :
http://www.lopinion.fr/edition/economie/assises-produire-en-france-the-place-to-be-candidats-109577

19/09/2016 – L’upr envoie une lettre au CSA :
https://www.upr.fr/actualite/election-presidentielle-2017/lettre-adressee-bureau-national-de-lupr-conseil-superieur-de-laudiovisuel-csa-19-septembre-2016

23/09/2016 – Euractiv ne représente pas Asselineau dans leur diagramme résumant les positions européennes des candidats :

29/09/2016 – Les médias donnent la parole à un inconnu qui ne représente aucun parti. Xavier Denamur, chef cuisinier et patron de 5 bistrots, est invité sur Europe 1, et des articles paraissent dans Le Parisien, Le Point, Sud Ouest, Huffington Post, Le Figaro, Ouest-France :
03/10/2016 – Libération ne représente pas Asselineau dans leur graphique représentatif du sondage Viavoice :
10/10/2016 – Le sondage et recrutement POP2017 lancé par BVA et Salesforce n’a pas pris en compte le choix de vote pour François Asselineau. Le sondage avait pour but de créer un panel de question pour l’Émission Politique de France 2 où Asselineau n’a également pas été invité :
16/10/2016 – France 3 décide de ne pas envoyer de journaliste à l’Université d’Automne de l’upr alors que cela avait été le cas l’année précédente pour un petit reportage d’une minute. Cette fois ci, l’événement a accueilli deux fois plus de monde et France 3 Bourgogne l’a censuré :
19/10/2016 – Laurent Joffrin ment en disant que Libération a donné la parole à tous les candidats :
15/11/2016 – Franc Inter esquive une question d’un auditeur adhérent upr. Patrick Cohen fait semblant de mal comprendre la question :
04/12/2016 – Le journal 20 minutes lance un sondage en ligne comprenant François Asselineau. L’upr finit premier du sondage comme dans tous les autres sondages en ligne et Asselineau s’est exprimé à propos de celui-ci (voir vidéo) :
08/12/2016 – L’AFP essaye de décrédibiliser un sondage en ligne du journal 20 minutes dans lequel François Asselineau est arrivé en tête. L’information est reprise par NotreTemps :
11/12/2016 – France Inter esquive les questions d’un auditeur adhérent upr. Demorand et Mélenchon détourne la question pour ne pas parler de l’upr :
16/12/2016 – La Dépêche du Midi décide de ne pas intégrer l’entrée François Asselineau dans son sondage en ligne malgré les nombreuses plaintes :
18/12/2016 – France Inter esquive les questions de deux auditeurs adhérents upr. Demorand ne parle pas de l’upr et Philippot reconnait l’existence de l’upr en disant qu’il « mérite » les « 500 signatures » :
22/12/2016 – Les mouvements En Marche et France Insoumise sont classés à part par le CSA pour le temps de parole :
22/12/2016 – Un auditeur adhérant upr interpelle Eric Brunet pour demander  l’interview d’Asselineau dans son émission présentant les petits partis. Les grands médias étrangers interview le candidat de l’upr mais en France il faut mendier des interviews aux grands et puissant médias :
03/01/2017 – Une inconnue Charlotte Marchandise a l’honneur de faire l’actualité dans les médias. Elle est la gagnante d’une primaire en ligne. Elle est également proche de Daniel Kaplan qui est non seulement « membre du conseil stratégique des technologies de l’information placé auprès du 1er ministre » mais aussi « membre de la chambre d’experts du programme e-europe », qui est, selon eur-lex.Europa.eu une « initiative politique visant à garantir que l’UE tire pleinement parti des évolutions liées à la société de l’information ».
Elle a eu droit à des passages télévisés sur Europe 1, Médiapart, TV5 Monde, et des articles dans Le Monde, Le Figaro, Le Point, 20 minutes, LCI, RFI, Libération, France 24, Elle, France 3, La Dépêche, et bien d’autres :
05/01/2017 – Un inconnu Olivier Régis a l’honneur de faire l’actualité dans Le Parisien, 20 minutes, La Dépêche, Le JDD, France 3, Ouest France, Sud Radio :
09/01/2017 – Asselineau n’est pas invité à la Table Ronde sur l’évasion fiscale de Dax. Mais Yannick Jadot, Sandrine Charnoz (PS), Pierre Larrouturou, Corinne Morel-Darleux (FI), Philippe Poutou, et Jean Lassalle sont invités :
15/01/2017 – France Télévision censure une analyse sur Mélenchon relayée par l’upr. Trouble Fait fait également de très bonnes vidéos détaillées sur les manipulations médiatiques autour du Brexit :
16/01/2017 – Un adhérent upr interpelle Arnaud Montebourg pendant son stand-up à Lille. Beaucoup de médias étaient présent pourtant aucun n’a voulu relayer la question très pertinente de ce militant :
31/01/2017 – Le JDD oublie Asselineau mais pas Rama Yade :
03/02/2017 – Les Echos oublie Asselineau dans la liste des candidats à la présidentielle :
08/02/2017 – La filière du bio oublie d’inviter Asselineau parmi les candidats à l’élection présidentielle :
09/02/2017 – France Bleu oublie Asselineau dans les petits candidats :
10/02/2017 – Le Monde oublie Asselineau de la liste des microcandidats :
14/02/2017 – Le Parisien parle de candidat hors-système sans citer Asselineau :
15/02/2017 – Médiapart censure ouvertement l’upr avec un live parlant des petits candidats sans citer l’upr :
17/02/2017 – Les durées de collecte des parrainages sont réduites à 15 jours pour empêcher tous les partis qui n’ont pas encore les 500 parrainages :
18/02/2017 – L’atelier de Le Parisien oublie le programme de l’upr http://atelier.leparisien.fr/tableau-de-bord-presidentielle-2017/programmes
18/02/2017 – RadioVL oublie Asselineau dans les candidats oubliés par les médias :
19/02/2017 – Le Parisien parle des chaînes Youtube des partis en oubliant la deuxième : http://m.leparisien.fr/elections/presidentielle/presidentielle-melenchon-fait-un-carton-sur-youtube-19-02-2017-6692553.php
20/02/2017 – Le site Mutualité liste candidats sans citer Asselineau
20/02/2017 – Les deux débats télévisés seront avant le premier tour pour écarter Asselineau
20/02/2017 – Europe 1 oublie Asselineau dans les candidats mais n’oublie pas Lassalle, Marchandise, ou Poutou :
22/02/2017 – Capital oublie délibérément la deuxième chaîne youtube, celle de l’upr, dans son tableau descriptif :
23/02/2017 – Le Monde oublie Asselineau dans les petits candidats en quête d’attention :
24/02/2017 – Europe 1 oublie le programme d’Asselineau sur l’agriculture alors que c’est pourtant le seul permettant de protéger l’agriculture familliale française de la productivité à outrance imposée par les articles 38 et 39 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne :
24/02/2017 – BFMTV refuse de citer Asselineau dans les candidats alors qu’ils écrivent les noms de Faudot, Yade, Lasalle, Larrouturou, Temaru, et Guainot. BFMTV connait pourtant l’upr puisqu’il avait parlé d’Asselineau dans cette vidéo à 1m13s :
DIFFAMATION / DIABOLISATION
05/05/2014 – France 3 Ouest classe l’upr dans les listes Divers Droites :
06/05/2014 – Le progrès classe l’upr dans les listes Divers Droite :
05/09/2016 – Le Monde ne représente pas François Asselineau parmi Lassalle, Marchandise, Poutou, et Dupont-Aignan dans leur graphique, mais en tant que petit candidat :
11/10/2016 – Wikipédia diffame l’upr et Asselineau de complotisme, sectarisme, souverainisme, extrêmisme, anti-américainisme, fachosphère, et de harcèlement. La page UPR n’a toujours pas le droit d’être créée tandis que celle d’En Marche, ou Nous Citoyens peuvent :
26/11/2016 – Canal+ et l’Edito de Blako dans l’émission Salut les terriens de Thierry Ardisson diffament Asselineau et l’upr en l’assimilant à l’extrême droite et en le classant dans la fachosphère :
03/12/2016 – Le Huffington Post liste tous les candidats et place la photo d’Asselineau en dernière position, cachée par les références de l’image :
20/12/2016 – La Dépêche choisit la pire des photos de François Asselineau pour son article :
05/01/2017 – Le Parisien classe les chaînes Youtube et considère Asselineau comme un inconnu et soutien légèrement sa candidature en citant Asselineau « Ils n’ont jamais parlé de nous alors que cela fait dix ans que nous existons ». Ils comptent 572 vidéos depuis 2010, totalisant 7,6 millions de vues :
16/01/2017 – La Voix du Nord diffame Asselineau de conspirationisme en mentant sur le nombre de participant aux deux conférences d’Arras et de Lille :
17/01/2017 – Médiapart classe l’upr comme un parti « très à droite » :
23/01/2017 – Sud Ouest diffame Asselineau de complotiste et de sectaire :
03/02/2017 – La Nouvelle République se trompe dans le nombre d’adhérent (12 000 au lieu de plus de 15 500) et résume l’upr à de l’europhobie :
08/02/2017 – Yahoo classe l’upr de droite, voire à l’extrême-droite :
10/02/2017 – Brut assimile l’upr à des partis farfelus comme Sylvain Duriff et De Lesquen :
11/02/2017 – Le Decodex du Monde diffame et classe l’upr dans la fachosphère :
13/02/2017 – Le collectif Stop TAFTA classe l’upr à l’extrême droite :
17/02/2017 – VSD (détenu par Bertelsmann) diffame l’upr de complotiste et se trompe sur le chiffre d’adhérents de 12 000 au lieu de 15 500 :
20/02/2017 – Le Courrier Picard situe Asselineau à droite et se trompe sur son âge :
22/02/2017 – L’internaute décide de ne pas placer Asselineau dans son article, ni même de présenter une photo le décrivant. Le nom d’Asselineau à la dernière image parlant des « autres candidats » après 47 autres personnalités dont des non-candidats et inconnus :
22/02/2017 – Le Monde et son Décodeur place l’upr dans les partis de droite :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/visuel/2017/02/22/partis-associations-de-soutien-micropartis-qui-se-cache-derriere-les-338-mouvements-politiques-francais_5083576_4355770.html

23/02/2017 – Boulevard Voltaire classe Asselineau dans les petits candidats tout en résumant son programme au puçage RFID :

Posté par naninet à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dîner du Crif : le best-of du pire

k50

Dîner du Crif : le best-of du pire

février 24, 2017 dans Entité sioniste, France par 13P11

source: http://www.panamza.com/230217-diner-crif/

f54cae079c138ce03e3f820bc4d381fa9235e09d

Découvrez en images ce qu’il faut retenir de la dernière auto-célébration de l’artistocratie sioniste.

 

The-place-to-be : plus attrayant qu’une soirée caritative pour célébrités désœuvrées, le rendez-vous annuel du dîner du Conseil représentatif des instituions juives de France est devenu, pour sa 32ème édition, un rituel –voire un sacrement– de la vie publique. Ce mercredi 22 février, ils furent environ 800 invités, triés sur le volet, à vouloir en être et y paraître. Acteurs politiques, décideurs économiques, personnalités religieuses et sociétaires du spectacle ont déboursé 900 euros pour participer à cette cérémonie d’un genre particulier : celle durant laquelle, selon ses porte-paroles, la communauté juive délivre son message à la République. Et peu importe aux convives si de plus en plus de citoyens juifs contestent au Crif, comme bon nombre de leurs compatriotes musulmans à l’endroit du Cfcm, toute légitimité pour les représenter. The show must go on.

La dérive droitière, entamée en 2010 avec l’arrivée du crypto-frontiste Gilles-William Goldnadel et ses comparses au comité directeur du Crif, s’est confirmée avec le retour à la présidence de l’ex-banquier d’affaires Roger Cukierman et de son disciple aujourd’hui à la tête du Crif : Francis Kalifat, ancien milicien du Bétar. Ces dernières années ont d’ailleurs vu apparaître une forme inédite de repli identitaire au sein de la communauté juive, particulièrement parmi les plus jeunes. Des intellectuels vont même jusqu’à dénoncer cette crispation idéologique : ainsi, le journaliste Jean Daniel n’avait pas hésité à comparer les responsables du Crif à des « représentants français du Likoud » tandis que Rony Brauman et Elizabeth Lévy, pour une fois d’accord, qualifiaient cette institution de « seconde ambassade  d’Israël »Même le philosophe Alain Finkielkraut, surnommé jadis « le porte-flingue d’Ariel Sharon« semble parfois, lui aussi, excédé quand il en vient à juger comme étant « légèrement grotesque » le rendez-vous annuel du Crif, ce « tribunal dînatoire » qui s’apparente à une « convocation du gouvernement »Des jugements sévères de la part de personnalités issues de la communautéd’ordinaire plus accommodantes avec leurs représentants autoproclamés.

Voici les principales informations à retenir de cette soirée digne d’une fête à Versailles, dans les dernières heures de la monarchie…

* Un seul média a été autorisé à filmer en continu et en direct -depuis l’intérieur de l’hôtel Pullman- le dîner du Crif:  i24news, chaîne basée…en Israël.

* Les lecteurs de Panamza dotés de patience et de résistance morale pourront s’immerger dans les deux discours majeurs de l’évènement : ceux de Francis Kalifat et François Hollande. Le premier préfère ainsi désigner les colonies comme des « implantations », se lamente de l’étiquetage des produits issus des colonies par l’Union européenne, demande à la France de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, évoque son lobbying auprès de Facebook pour faire « retirer des contenus illicites » et suggère -sans rire- d’augmenter le budget alloué aux opérations culturelles prévues en 2018 dans le cadre de  « l’année France-Israël ». Le second, particulièrement déférent envers « monsieur le « président » Kalifat, se flatte de « rendre des comptes » au Crif en se félicitant, par exemple, que la France soit désormais « le seul pays à interdire le boycott » d’Israël. À noter : tous deux ont salué l’action de Gilles Clavreul, patron vallsiste de la Dilcra et collaborateur zélé du gouvernement israélien d’extrême droite.

http://www.panamza.com/230217-diner-crif/

Posté par naninet à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hamon-Mélenchon : la mascarade (par Eric Zemmour)

 

Hamon-Mélenchon : la mascarade (par Eric Zemmour)

hamon-melenchon-la-mascarade

Après avoir exécuté Emmanuel Macron mardi (voir ce précédent article), Eric Zemmour s’en prend ce jeudi aux frères ennemis du socialisme à l’agonie : Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon qui nous ont offert le spectacle affligeant de la mascarade de leurs « tentatives-bidons » de se rapprocher :

Yves Calvi : Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas pu trouver un accord …

Eric Zemmour : Le jeu est fini ! Le jeu de rôle, le jeu de dupes, le jeu de trompe-couillons ! Le jeu d’Hamon et Mélenchon ! Le jeu du « plus unitaire que moi tu  meures ! » Le jeu du mistigri de la division, le jeu la main sur le coeur, le jeu des regards humides, le jeu des grands souvenirs … Le jeu des lettres qu’on s’envoie et qu’on ne lit pas, le jeu des appels téléphoniques qu’on ne prend pas … Le jeu des négociations-bidons !

Le jeu parodique de la réhabilitation du programme commun de l’union de la gauche sauf qu’il n’y a plus de programme commun et qu’il n’y a plus d’union de la gauche ! Hamon et Mélenchon connaissent les rôles de Georges Marchais et de François Mitterrand sur le bout des doigts mais le public a quitté la salle depuis longtemps ! Ni Hamon, ni Mélenchon n’avait jamais eu l’intention de retirer sa candidature ! Ni Hamon, ni Mélenchon n’a jamais cru, un seul instant, que l’autre se retirerait à son profit.

Ces jeux tactiques font partie des poisons et délices de la gauche française … Enfin, poisons plus que délices qui cachent derrière le rideau, des habiletés, des vanités, la réalité d’une discorde fondamentale qui s’appelle l’Europe ! Les deux gauches irréconciliables, comme disait Manuel Valls, le sont de plus en plus, et la frontière entre elles se situe quelque part entre Bruxelles et Berlin

eric-zemmour-cette-gauche-incorrigible

Relance d’Yves Calvi : Alors du coup, Eric, pourquoi ce désaccord sur l’Europe ?

Eric Zemmour : Jean-Luc Mélenchon, lui, a tiré un trait sur ses illusions passées. L’échec des Grecs, de Syriza, lui a décillé les yeux. Il a compris qu’il n’y avait pas de salut dans la zone euro. Si on veut s’émanciper de l’ordo-libéralisme allemand, il faut sortir de l’euro ! Benoit Hamon, lui, croit, ou plutôt veut faire croire qu’il est toujours possible de renoncer aux politiques définies à Bruxelles sans casser la zone euro. Il nous parle d’alliance avec les pays du sud, pour contraindre l’Allemagne et le nord de l’Europe. Il laisse miroiter un entente avec le SPD. Bref, il nous refait le coup de Hollande en 2012, qui, lui-même refaisait le coup de Jospin en 97, qui, lui-même, avait pris ses leçons chez François Mitterrand ! Mais cette embrouille de campagne électorale s’achève quelques semaines après l’élection, dans le bureau de la Chancelière à Berlin, quand le patron de la gauche française, s’incline, penaud, devant un Nein définitif !

Entre Hamon et Mélenchon, la divergence sur l’Europe est la mère de tous les désaccords.

  • Même converti à l’écologie, Mélenchon est resté un colbertisme industrialiste, quand Hamon croit que les robots vont tout remplacer.
  • Mélenchon dénonce les travailleurs détachés, venus de tout le continent, quand Hamon dénonce, lui, les frontières !
  • Hamon est pour la légalisation du cannabis; Mélenchon est farouchement contre !
  • Mélenchon reste un laïc à l’ancienne, à la française, quand Hamon s’est converti, dans sa ville de Trappes, aux accommodements raisonnables avec l’islam. A l’issue des primaires socialistes, sur les réseaux sociaux et sur le terrain, les Frères musulmans se sont réjouis bruyamment de sa victoire contre Manuel Valls.

Mélenchon et Hamon n’ont plus les mêmes électorats, ne sont plus du même monde, plus de la même gauche, plus de la même France. Mais on se demande, à les voir jouer à l’antique jeu de l’union de la gauche, s’ils s’en sont aperçus !

Eric Zemmour pour RTL

Posté par naninet à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Etats-Unis : la mobilisation sur le front de la séparation des banques s’intensifie

Etats-Unis : la mobilisation sur le front de la séparation des banques s’intensifie

La rédaction
vendredi 24 février 2017

Economie

trump-ii-quote-atrib-878c5

La promesse de campagne du candidat Donald Trump de faire adopter le projet de loi de la séparation bancaire « Glass-Steagall du XXIe siècle ».

Suite à la conférence de presse du 16 février de Donald Trump, l’économiste américain Lyndon LaRouche a fait remarquer que si le nouveau Président semble mettre en œuvre la politique étrangère qu’il avait esquissée, il lui reste à agir rapidement sur le plan intérieur pour couper les banques en deux et mettre un frein à Wall Street, comme il avait promis de le faire pendant sa campagne. Au cours des dernières semaines, face au nouveau krach financier qui s’annonce, on constate une résurgence du soutien pour la séparation stricte entre banques de dépôt et banques d’affaires à l’instar de la loi Glass-Steagall.

  • Le Comité d’action politique de LaRouche fait signer une pétition, rédigée au départ par le groupe « Notre révolution dans le nord-ouest de l’Ohio » qui appelle le président Trump à « réaffirmer son soutien pour le Glass-Steagall dans son discours sur l’état de l’Union » du 28 février.
  • La proposition de loi déposée à la Chambre le 1er février par la démocrate Marcy Kaptur compte déjà 31 parrains, tous démocrates à part le républicain Walter Jones. Ils sont prêts à travailler avec Donald Trump sur cette législation, en dépit de désaccords sur d’autres points. Liste des parrains : Lynch (Mass,), Ryan (Ohio), Pocan (Wis.), DeLauro (Conn.), Holmes-Norton (D.C.), Schakowsky (Ill.), Doyle (Pa.), Jones (R-N.C.), Welch (Vt.), Watson-Coleman (N.J.), Serrano (N.Y.), Lipinski (Ill.), Garamendi (Cal.), Speier (Cal.), Ellison (Minn.), Conyers (Mich.), Gabbard (Hawaii), Grijalva (Ariz.), Tonko (N.Y.), Defazio (Ore.), Lee (Cal.), Capuano (Mass.), Pingree (Me.), and Fudge (Ohio). Slaughter (N.Y.), McGovern (Mass.), Cohen (Tenesse), Lowenthal (California), Davis (Illinois), Khanna (California), Yarmuth (Kentucky).
  • Des résolutions appelant la Chambre et le Sénat de Washington à rétablir la loi Glass-Steagall ont été déposées dans 11 parlements d’Etats depuis le début de l’année (Rhode Island, Minnesota, Maryland, Illinois, Mississippi, New Mexico, Delaware, Virginia, South Carolina, Washington, Iowa ). Ces initiatives sont le résultat direct des efforts du LaRouche PAC, et dans six de ces Etats, les textes soutiennent non seulement la séparation des banques, mais l’ensemble des « quatre principes cardinaux » de Lyndon LaRouche.
  • L’AFL-CIO de son côté exhorte aussi le président Trump à tenir sa promesse électorale de séparer les banques. Le président de la confédération syndicale Richard Trumka a exprimé sa déception avec la politique économique de Trump « jusqu’à présent », mais il propose de coopérer avec lui sur « tout ce qui est bon pour l’économie ».

A part l’AFL-CIO, le rétablissement de Glass-Steagall est également soutenu par le Syndicat national des agriculteurs et le Syndicat des métallurgistes.

En revanche, la confirmation de l’ancien banquier de Goldman-Sachs, Stephen Mnuchin (surnommé le « le roi des saisies-évictions ») comme secrétaire au Trésor et la nomination de nombre d’autres financiers à des postes de conseiller n’augurent rien de bon par rapport à Wall Street. Mais si le gouvernement américain opte effectivement pour une coopération avec les Chinois, les Russes et les Japonais en vue de de développer l’économie mondiale sur une base gagnant gagnant, les réformes nécessaires s’imposeront d’office.

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/Etats-Unis-Glass-Steagall-mobilisation.html

Posté par naninet à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les fortunes de la Silicon Valley se préparent à « l'apocalypse »


Le Survival Condo Project, un bunker construit dans un silo, près de Concordia, au Kansas, est destiné à accueillir de
riches Américains en cas de cataclysme. - Crédits photo : The Survival Condo Project/The Survival Condo Project

ENQUÊTE - Encore discrète jusqu'à récemment, la paranoïa de plusieurs cerveaux, PDG et investisseurs s'affiche désormais au grand jour. Munis de vivres, d'armes et de générateurs, ces «survivalistes» s'offrent de luxueux havres à l'autre bout du monde pour se protéger en cas de séisme, d'épidémie, d'attaque terroriste ou de guerre civile.

Envoyé spécial à New York

Peter Thiel, l'un des plus brillants cerveaux de la Silicon Valley, a voté Trump avec enthousiasme le 8 novembre et donné 1,25 million de dollars à sa campagne. Il a même intégré l'équipe de transition présidentielle du milliardaire new-yorkais, convaincu par son désir de rendre à l'Amérique sa fierté et sa prospérité. Malgré cette profession de foi, le cofondateur de PayPal est avant tout un libertarien, et son patriotisme s'arrête là. Depuis peu, sa fibre «America First» s'accommode d'une curieuse fascination pour la Nouvelle-Zélande. Il a acquis la nationalité kiwie en 2015. Et acheté trois résidences au pays du Long-Nuage-Blanc, dont une opulente demeure à Auckland, la capitale économique, ainsi qu'une ferme luxueuse de 193 hectares perchée sur les rives du lac Wanaka, Glendhu Bay, à 1500 kilomètres plus au sud. Montant de la transaction pour cette dernière folie : 13,5 millions de dollars - une vétille pour le détenteur d'une fortune estimée à 2,7 milliards de dollars.

«Appelez cela un plan B», euphémise Matt Drange, du magazine Forbes. Mais pour quoi, au juste ? À entendre Sam Altman, PDG de Y Combinator, une entreprise de financement précoce de start-up, il s'agirait de disposer d'une issue de secours, d'un ou plusieurs points de chute au bout du monde, «au cas où surviendrait l'apocalypse». Causée par le «Big One» (séisme à San Andreas), voire une épidémie foudroyante de type Ebola, Zika, ou bien une «bombe sale», comme le relate Evan Osnos dans le New Yorker. Altman lui-même reconnaît un penchant inquiet pour ce genre de scénario. Thiel et lui ont d'ailleurs pris l'engagement de s'envoler ensemble pour le Pacifique Sud, si les choses viraient à l'aigre en Californie.

Générateurs, panneaux solaires et munitions

Et leur discrète paranoïa en contamine plus d'un. Steve Huffman, PDG du site communautaire Reddit, s'est fait opérer de la vue au laser en 2015. «Si la fin du monde approche, dénicher des lentilles ou des lunettes va devenir une vraie galère, confie ce grand blond aux yeux bleu océan de 33 ans. Sans elles, je suis cuit.» Ses préparatifs ne s'arrêtent pas là : il a plusieurs motos, amasse scrupuleusement armes, vivres et munitions. «Comme ça, souffle-t-il, je pourrai tenir retranché un certain temps chez moi», si toute fuite semblait exclue. Tim Chang, investisseur chez Mayfield Fund, a décidé d'en faire de même. «J'ai ce scénario terrifiant dans un coin de ma tête, confesse-t-il. Oh mon Dieu, si une guerre civile éclate ou si un tremblement de terre gigantesque engloutit un pan de la Californie, nous avons intérêt à être prêts. Donc, j'accumule tout ce que je peux dans mes résidences.» Un ancien dirigeant de Facebook, Antonio Garcia Martinez, a lui acquis 2 hectares de terres forestières dans l'archipel des îles San Juan, entre Vancouver et Seattle, y stockant générateurs, panneaux solaires. Et des milliers de munitions, bien sûr. «Il faudra bien tout cela pour surmonter l'apocalypse, explique-t-il. Les gens qui comprennent les ressorts de notre société comprennent que tout repose sur une couche de glace culturelle très fine.» «Nous sommes confiants dans le fait que notre pays marche, que notre monnaie a de la valeur, que la transition pacifique du pouvoir est une réalité, que nous sommes résilients et que nous en avons déjà vu de toutes les couleurs, renchérit Steve Huffman, mais je pense aussi que nous n'avons encore rien vu.»

Ce vent de panique ne date pas d'hier. En 2009, anticipant le Déluge que ne manquerait pas de précipiter le premier président noir des États-Unis, les «doomsday preppers» (survivalistes) - ils seraient 10 millions outre-Atlantique - avaient commencé à stocker boîtes de conserve, pièces d'or et fusils de tout calibre dans leurs redoutes des Rocheuses ou du Midwest. Lors de l'avant-dernier sommet de Davos, en janvier 2015, Robert Johnson, directeur de l'Institute of New Economic Thinking, avait sidéré l'assistance. «Je connais des gérants de fonds de pension aux quatre coins du monde qui sont en train d'acheter des aérodromes et des fermes dans des endroits comme la Nouvelle-Zélande, parce qu'ils pensent qu'il leur faut une échappatoire», avait lâché cet ancien collaborateur de George Soros.

Les coupables, cette fois, étaient les inégalités croissantes dans les pays développés, les tensions raciales cristallisées par les émeutes de Ferguson (Missouri) l'année précédente et les répercussions du mouvement Occupy en 2011. «Ferguson a joué un rôle catalytique» dans la prise de conscience de cette montée des périls chez de nombreux décideurs économiques, avait prédit en 2014 Jim Wallis, le PDG de Sojourners, au même titre que le réchauffement climatique et l'explosion désordonnée des réseaux sociaux. «Le ton du débat a changé aux États-Unis, assurait Wallis. Les gens qui ne se souciaient guère de tout cela y prêtent une oreille attentive.» Et redoutent plus que jamais la fureur populaire, dans un contexte de ralentissement économique mondial. Trois ans plus tard, l'ambiance ne s'est guère arrangée. L'exode des «superriches» vers la Nouvelle-Zélande, lancé par Peter Thiel il y a une bonne décennie, est devenu un secret de Polichinelle auquel la moindre allusion provoque roulements d'yeux et sourires entendus. «Dès que vous dites avoir acheté une maison en Nouvelle-Zélande, vos interlocuteurs clignent des yeux, comme pour dire “pas la peine d'en rajouter, on a compris”», sourit Reid Hoffman, de LinkedIn.

La Nouvelle-Zélande «est une utopie», abonde Peter Thiel, qui y a lancé plusieurs sociétés : Valar, Second Star Limited et Silverarc Advisors. Au passage, ce business angel laisse filtrer une conviction profonde, qu'il n'osera peut-être pas proférer à haute voix en réunion avec Donald Trump : convaincu que le monde a un besoin urgent d'innovations radicales en robotique et en intelligence artificielle pour contrer le désastre à venir, il affiche son scepticisme sur la capacité des États-Unis de soutenir un tel besoin et de conserver leur avance technologique en matière de recherche et développement et d'attractivité à l'égard des cerveaux les plus féconds. Le futur leader mondial de l'innovation n'étant pas encore clairement identifié, mieux vaut prévenir que guérir !

Dans l'ancien dominion britannique, autorités et agents immobiliers se frottent les mains. Grand fan de la trilogie du Seigneur des anneaux, adaptée au cinéma par l'enfant du pays Peter Jackson, Thiel a lancé une vogue touristique d'un nouveau genre. «Avant, nous avions en moyenne deux sollicitations sérieuses par mois émanant d'Américains fortunés», sourit Graham Wall, agent immobilier à Auckland interrogé par le site stuff.co.nz, qui a négocié avec Thiel quatre ou cinq acquisitions. «Maintenant, c'est deux par semaine», occasionnant une virée en hélicoptère pour se faire une idée des opportunités, «puis atterrir et tenter de l'acheter» !

Un effet Trump indéniable

L'investiture de Donald Trump semble avoir accéléré la tendance, à l'intérieur même de la nouvelle Administration. Une cheville ouvrière de la Maison-Blanche, Chris Liddell, ex-directeur exécutif de la firme hollywoodienne WME-IMG, désormais en charge des relations avec le secteur privé, sous le titre abscons de «chargé des initiatives stratégiques», est lui-même d'origine néo-zélandaise. «Il nous envoie ses relations, sourit Graham, énigmatique. Disons que nous observons une affluence récente, par le bouche-à-oreille. Ils se connaissent tous, ces types dans la Silicon Valley. Ça marche très bien pour nous.»

Dans l'inventaire à la Prévert des «sept plaies d'Égypte» contemporaines, reste le scénario classique de science-fiction où une météorite percuterait la surface de la Terre, obérant la survie de l'humanité. Les rives du lac Wanaka ne vaudraient alors guère mieux que celles du lac Tahoe, en Californie. Le passage de la météorite 2017BK, grande comme une maison, dans la nuit du 24 au 25 janvier à 260.000 km à peine de la Terre, a dû déclencher un fameux frisson dans l'échine de Sam Altman, Tim Chang, Peter Thiel et de leurs pairs. «Quand vous passez votre temps à vouloir changer le monde, il est inévitable que vous ayez un peu tendance à spéculer à l'infini, traduit Roy Bahat, investisseur chez Bloomberg Beta à San Francisco. Ce qui conduit à l'émergence d'utopies, et aussi de dystopies.» «Les survivalistes de la bulle technologique ne croient pas forcément en un effondrement global, tempère Yishan Wong, prédécesseur de Steve Huffman à la tête de Reddit, qui a lui-même opté pour une opération des yeux en 2012. Ils l'envisagent simplement comme un événement lointain, mais dont les conséquences potentielles paraissent si graves que, vu tout l'argent dont ils disposent, dépenser une infime partie de leurs ressources pour parer à toute éventualité, constitue une décision tout à fait logique.»

Les conspirations des cerveaux de la Silicon Valley, entre dîners d'initiés et groupes secrets sur Facebook, ne sont pas du goût de tous. Max Levchin, 41 ans, d'origine ukrainienne, directeur de la technologie chez PayPal, ne masque plus son exaspération, au point de mettre fin, chaque fois qu'il le peut, aux discussions crépusculaires sur les motos, les bunkers et les réserves d'or. «En général, je rétorque : d'accord, donc vous avez peur des fourches (du peuple). Mais récemment, combien avez-vous donné d'argent au refuge de SDF près de chez vous ?»

 

 

Source(s) : Le Figaro.fr via Contributeur anonyme

Posté par naninet à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]