le citoyen veilleur

Le meilleur des mondes

 

 

Aldous Huxley

Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, l’on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limitée et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il es bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.
 
Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »
 
Aldous Huxley, Le Meilleur des Mondes (1932)

 

Posté par naninet à 12:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 janvier 2018

LES VRAIS VOEUX DE MACRON - Le Bon Sens

Superbe prestation d'humour à froid. Grinçant et percutant.

LES VRAIS VOEUX DE MACRON - Le Bon Sens

emmanuel_macron_barbe_5492464

Posté par naninet à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

A propos des 11 vaccins

 

Si c est vrai , cela est dû pur conflit d intérêt

https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_L%C3%A9vy . Il est directeur scientifique du programme vaccinal de l’ANRS depuis 2006. Il a développé et coordonné plus de vingt essais cliniques nationaux et internationaux d’immunothérapie et de vaccination thérapeutique et prophylactique dans les domaines de l’infection par le VIH, déficits immunitaires et maladies infectieuses.
Yves Lévy est nommé directeur général de l'INSERM le 11 juin 2014 Il est marié à Agnès Buzyn, ministre de la Santé et de la solidarité depuis le 17 mai 2017 et ancienne présidente du collège de la Haute Autorité de santé.

Aucun texte alternatif disponible.

Posté par naninet à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2017

Statut de Jérusalem: Trump contre le reste du monde

Statut de Jérusalem: Trump contre le reste du monde

Trump vient d’ouvrir les portes de l’enfer….

Mais que peut ont attendre de mieux de ce pays et de ses politiques

Statut de Jérusalem: Trump contre le reste du monde

Actualité Monde Proche et Moyen-Orient

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 07/12/2017 à 10:34 , mis à jour à 11:05

le-president-americain-donald-trump-lors-d-un-discours-dans-lequel-son-pays-reconnait-jerusalem-comme-capitale-d-israel-le-6-decembre-2017-a-washington_5987924

Le président américain Donald Trump lors de son discours de reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, le 6 décembre 2017, à Washington.

afp.com/MANDEL NGAN

La décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël isole encore un peu plus sur la scène internationale les États-Unis de Donald Trump.

Un seul pays a emboîté le pas des États-Unis après l’annonce par Donald Trump de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël. La République tchèque a reconnu dans un communiqué « Jérusalem ouest » comme la capitale de fait d’Israël. Elle a également promis le déménagement de son ambassade, mais « seulement sur la base des résultats des négociations [de paix israélo-palestinienne] avec les partenaires clés de la région et du monde ».

LIRE AUSSI >> Jérusalem: qui sont les chrétiens sionistes derrière la décision de Trump

Les préparatifs de transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem font fit en revanche d’hypothétiques avancées en faveur d’une paix négociée entre dirigeants Israéliens et Palestiniens. Ces derniers, basés à Ramallah, revendiquent Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël en 1967, comme la capitale de l’État auquel ils aspirent.

Les États-Unis peuvent-ils encore être un partenaire de négociation? Le président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé des choix « déplorables », jugeant que Washington, tout en prétendant le contraire, ne pouvait plus jouer son rôle historique de médiateur de paix avec les Israéliens. Et pour cause: le geste de Donald Trump fait perdre aux Américains une neutralité tout autant historique.

« Un cercle de feu »

A l’instar des autorités palestiniennes, de nombreuses chancelleries considèrent que cette décision unilatérale du milliardaire éloigne le moment d’une véritable paix, négociée, en Palestine. A l’exception du communiqué émis par Prague, pas un pays, en dehors d’Israël, n’a salué la décision de Donald Trump. La condamnation est d’autant plus unanime qu’elle apparaît comme une étincelle dans une poudrière, une explosion de violence étant redoutée dans les territoires occupés de Cisjordanie.

Des manifestants palestiniens brûlent un portrait du président américain Donald Trump et montrent une banderole disant "Jérusalem capitale de la Palestine", dans la ville de Rafah, dans la bande de Gaza, le 6 décembre 2017.

Des manifestants palestiniens brûlent un portrait du président américain Donald Trump et montrent une banderole disant « Jérusalem capitale de la Palestine », dans la ville de Rafah, dans la bande de Gaza, le 6 décembre 2017.

afp.com/SAID KHATIB

Les réactions les plus fortes sont logiquement venues des pays musulmans, en particulier ceux du Moyen-Orient. L’esplanade des Mosquées, à Jérusalem, abrite en effet le troisième lieu saint de l’islam, la mosquée al-Aqsa. L’Arabie saoudite, qui abrite les deux premiers dit espérer « voir l’administration américaine revenir sur cette décision », précisant qu’il s’agit « d’un recul dans les efforts en faveur du processus de paix et d’une violation de la position américaine historiquement neutre sur Jérusalem ».

« Prendre une telle décision met le monde, et spécialement la région, dans un cercle de feu », a déclaré Recep Tayyip Erdogan ce mercredi. Le président turc avait averti mercredi que la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Washington « ferait le jeu des groupes terroristes ». Il a invité les dirigeants des 57 pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour un sommet à Istanbul le 13 décembre axé sur la question de Jérusalem.

« Une nouvelle intifada »

« Cette décision pousse à plus de tensions et représente une provocation pour les sentiments des arabes et des musulmans », a souligné le ministère des Affaires étrangères de Tunisie. Elle « va provoquer une nouvelle intifada et pousser à des comportements plus radicaux et à davantage de colère et de violence », a réagi son homologue d’Iran. Le Hamas a d’ailleurs ouvertement appelé ce jeudi à cette nouvelle intifada.

LIRE AUSSI >> Jérusalem: la décision historique de Trump risque d’embraser la région

La plupart des chancelleries européennes soulignent combien cette décision mine un processus de paix depuis longtemps moribond. « Nous devons privilégier l’apaisement et le dialogue », a réagi Emmanuel Macron. « L’Union européenne exprime sa sérieuse préoccupation à propos de l’annonce aujourd’hui du président des Etats-Unis Trump sur Jérusalem et les répercussions que cela peut avoir sur la perspective de paix », a affirmé la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué.

 

Posté par naninet à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Victoires russo-syriennes? Non, selon les USA, ce sont eux qui ont vaincu Daech en Syrie

Dommage que le ridicule ne tue pas, ils ne nous feraient plus chi.. depuis un très long moment, ceux là !

1034181329


© Sputnik. Vladimir Pirogov
International
15:15 05.12.2017(mis à jour 10:57 06.12.2017) URL courte
Évolution de la situation en Syrie (novembre-décembre 2017) (32)
71594
Malgré les progrès de l'armée syrienne, soutenue par les forces aérospatiales russes, leurs actions sur le sol syrien n'ont pas semblé «déterminantes» au Pentagone qui se considère comme l'acteur principal sur le champ de bataille syrien, a appris Sputnik d'Eric Pahon, porte-parole de la Défense américaine.
Évoquant la déclaration récente du ministère russe de la Défense concernant la victoire imminente sur le groupe terroriste Daech en Syrie, le Pentagone n'a pas hésité à s'attribuer le mérite de ce dénouement. Selon le porte-parole du Pentagone Eric Pahon, ce sont les opérations de la coalition internationale plutôt que celles des militaires syriens et de l'aviation russe qui porteront le coup final à l'organisation terroriste.

«Le gouvernement syrien et la Russie n'ont pas eu d'approche déterminante dans la défaite de Daech. Ils n'ont fait que réaliser quelques opérations contre les terroristes de Daech, alors que la plupart des territoires en Irak et en Syrie ont été libérés grâce aux efforts de la coalition américaine et de ses alliés», a déclaré à Sputnik M.Pahon.

Le représentant du Pentagone a ajouté que les forces de la coalition poursuivraient leur campagne en Syrie pour «mener à terme la défaite de Daech et [pour] stabiliser les territoires libérés». Fin novembre, le Président russe Vladimir Poutine avait déclaré que l'opération pour défaire Daech en Syrie touchait à sa fin. En octobre, il avait noté que les forces syriennes soutenues par l'aviation russe, avaient libéré 90% du territoire syrien. Au même moment, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou avait annoncé que des territoires infimes restaient encore sous le contrôle de Daech en Syrie. Toujours d'après lui, les terroristes de Daech contrôlent aujourd'hui moins de 5% du territoire syrien.Hier, le dirigeant russe a affirmé que les terroristes avaient été chassés de presque tout le territoire syrien, y compris de ceux historiquement peuplés par les Chrétiens. L'opération de l'aviation russe contre les terroristes en Syrie a commencé en septembre 2015. D'après le général Sergueï Roudskoï, commandant la Direction générale opérationnelle de l'Etat-major des forces armées russes, depuis le début de l'opération en Syrie l'aviation russe a effectué plus de 28.000 vols opérationnels et procédé à 90.000 frappes aériennes. Les succès de l'aviation ont permis d'éliminer de grands groupes de Daech des régions de Hama et de Homs, et le territoire de la province de Lattaquié a été entièrement libéré des terroristes. Les forces gouvernementales ont rétabli leur contrôle sur les champs pétroliers et gaziers de Jisel, Chaer, Hayan, Magara d'Araq.La coalition de 15 pays menée par les USA a commencé son opération en Syrie en septembre 2014, avec pour objectif d'y combattre Daech. Avec le début des opérations de la coalition en Syrie, la situation s'est aggravée: les terroristes ont pris le contrôle d'au moins 70% du territoire du pays et repoussé l'armée gouvernementale sur plusieurs axes. Les forces russes se trouvent en Syrie à la demande du président syrien Bachar al-Assad, tandis que les forces des USA et de la coalition agissent sans l'aval des autorités syriennes ou de l'Onu. Damas a affirmé à de nombreuses reprises qu'il considérait la présence des forces américaines dans le pays comme une «invasion». La coalition américaine a effectué plusieurs frappes sélectives non seulement contre les terroristes, mais également contre les militaires syriens. Le Pentagone a justifié ces cas en disant que les militaires américains avaient confondu la couleur de l'uniforme ou se seraient incorrectement repérés sur le terrain. Les attaques des USA et de la coalition ont souvent fait des victimes parmi les civils.De plus, en avril 2017, sur ordre personnel du Président américain Donald Trump, Washington a tiré des missiles de croisière Tomahawk contre la base aérienne syrienne de Shayrat. Cette frappe a été justifiée par la prétendue présence d''armes chimiques sur la base — et Washington continue d'accuser la Syrie d'en avoir fait usage. En 2017, le gouvernement syrien s'est adressé au Conseil de sécurité des Nations unies en appelant à engager la responsabilité des USA qui «commettent des crimes prémédités contre la population civile, détruisent hôpitaux, écoles, ponts et barrages, ce qui s'ajoute aux crimes des organisations terroristes».

1034198746

© Sputnik.
Pentagone se considère comme l'acteur principal sur le champ de bataille syrien

Posté par naninet à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2017

je déménage

Canalblog, me mettant des batons dans les roues, je déménage ce blog, je vais sur wordpress: https://uncertainregardweb.wordpress.com/

 vous y étes les bienvenus

Posté par naninet à 15:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 mai 2017

Douce France et la marque du Diable : Soros 66 %, Poutine 34 %…

Excellent Article et ce n’est RIEN à coté de ce qui va venir,
Je soupçonne que demain, ceux qui n’auront pas voté « Macron » seront stigmatisés avec tous les dégats collatéreaux qui en découleront..
En fait les Français n’ont pas élu  » Macron De Rothschild  » au pouvoir,
ils ont mis Jacques Attali aux Commandes du Pouvoir et aux Manettes.
« Le Diable » est donc le « Maitre à penser » et aussi le « 1er Vice-président »,
Macron lui ne sera que son petit élève, sa « Marionnette »,
Jacques Attali lui sera son « Ventriloque »….
En Clair et en Pire :
« Attali+Merkel+(Obama/Clinton/Soros) » dirigent et donnent leurs ordres,
Macron lui prend la place d’un Sarkosy « puissance 10 », mais dans le costume
de l’ex-1er ministre de paille Fillon, qui fut tout à la fois soumis et simple exécutant,
Macron « Président et 1er Ministre tout en meme temps »,
un Président avec les Pleins Pouvoirs, court-circuitant le Parlement pour faire passer ses décisions politiques directement et En Force,
et sans doute court-circuitant aussi un 1er ministre « homme de paille »
(sauf si ce dernier sort de chez Rothschild ou bien de chez Goldman-Sachs).
J’en viens à imaginer que les prochaines Elections Législatives ne seront en fait qu’un jeu de théatre, dans lequel les Français vont encore se faire blouser, puisque MACRON A PREVU DE GOUVERNER PAR ORDONNANCES EXECUTOIRES DIRECTES sans aucun passage devant l’Assemblée.
EXIT le futur 1er ministre + EXIT le Parlement, tous deux devenius « Factices »…
Quand un Parlement N’existe Plus ou bien n’est que Fantoche,
on se trouve bien, soit en Dictature, soit dans une Situation ORWELLIENNE.

Douce France et la marque du Diable : Soros 66 %, Poutine 34 %…

France : Soros 66 %, Poutine 34 %

En politique, seuls les « tueurs » gagnent.

c_zbtkkxsae3jxn

La religion de l’Open Borders a repris la main, arrachant 20 millions des votes de France pour les remettre à M. Macron. Sale coup pour Poutine, pour l’Europe et pour le monde !

Après ses deux échecs (Brexit, élection de Trump) – les deux en voie de « rectification », d’ailleurs -, l’aristocratie mondialiste a donc réussi à contenir les tiers états des Pays-Bas puis de France. Le tiers état français a bien battu Macron, mais sur le papier : selon Mathieu Gallard (Ipsos), Macron a rassemblé en fait 44 % des Français, en tenant compte de l’abstention et des bulletins blancs ou nuls.

Seulement 45 % de ses électeurs ont voté « pour lui », les autres ayant voté « contre Le Pen ». Madame Le Pen n’a donc pas réussi à rallier les mécontents du système, ni à décourager les électeurs de son adversaire, ce qu’avaient pu faire Farage et Trump. Et puis, contrairement à Farage, elle ne s’est pas « promue » auprès de certains organes de presse américains bienveillants (qui ont de l’influence en Europe), alors qu’elle s’était fait laminer par une journaliste influente du Canada. Manque de préparation…

Avec son maigre 34 %, madame Le Pen se devait de dramatiser dès le soir des résultats, et exécuter un grand roque pour protéger son roi, le peuple français. Bref, annoncer sa démission dimanche, à tout le moins sa « mise en réserve de la République ». Car cette non-élection est une catastrophe pour l’Europe, et pour le monde, autant que pour la France.

Une victoire de Marine Le Pen, voire une défaite honorable à plus de 45 %, aurait ralenti la machine infernale « européenne », et permis à madame May d’éviter le sabotage programmé de son Brexit, comme à Trump de sortir de son guêpier néocon. Et, surtout, une victoire « au nom du peuple » était garante d’une redéfinition de la croissance mondiale, assise sur des espaces économiques intégrés autour de pôles de croissance enracinés, rétablissant les finances publiques planétaires, inversant enfin dividendes de guerre en dividendes de paix. Une paille… 

Or, avec Macron au pouvoir, c’est Océania (cf.1984 de George Orwell) qui assoit maintenant et pour longtemps, très longtemps, son pouvoir sur Eurasia, plaçant également Estasia en grave danger de blocus énergétique. Poutine, face à l’embargo massif de l’OTAN à venir « pour ses ingérences électorales », sera-t-il acculé à la guerre à la veille de ses élections présidentielles de 2018 ? En attendant la Chine ? Les Japonais attaquèrent Pearl Harbor pour moins que ça en 1941.

Tandis que le monde s’enfonce dans ce sombre cycle saturnien où le pouvoir capitaliste dévore ses enfants, voici que madame Le Pen parle de gagner les législatives comme une vulgaire politicienne qui sort d’une bagarre de bistro. Pire encore, comme si l’enjeu de cette élection était quelque pouvoir à exercer sur la France, alors qu’il était et reste la reconstruction de l’Europe, la vraie. Car il y a longtemps que le pouvoir n’est plus en France ! Cette France fatiguée qui s’est contentée, le 7 mai, de conserver son statut de Vichy de la mondialisation, avec ses collabos, ses médias et ses technocrates, tous au service des intérêts de Berlin et Washington…

Tout cela va bien au-delà de la personne de Marine Le Pen, irréprochable. Mais en politique, seuls les « tueurs » gagnent. Madame Le Pen est trop honnête. Elle doit se retirer, voyager dans le pays et à l’étranger, nouer de nouveaux liens et imaginer ! Bref, traverser son désert. Dernière tentation…

http://www.bvoltaire.fr/france-soros-66-poutine-34/

Pourquoi les journalistes se priveraient-ils d’annoncer la victoire écrasante d’Emmanuel Macron, puisqu’il n’existe aucune presse pour les contredire, et que les rares intellectuels qui le pourraient sont interdits d’antenne.

Pourquoi les médias, qui pendant des mois ont accusé Donald Trump de ne pas avoir de légitimité, car au vote populaire il a été battu par Hillary Clinton (alors que l’élection repose sur le nombre de grands électeurs et qu’il a remporté, là, une victoire vraiment écrasante), auraient-ils maintenant l’honnêteté de faire le même reproche à Macron, puisque le totalitarisme a supprimé l’honnêteté.

Pourquoi diraient-ils qu’avec 20 millions de voix, Emmanuel Macron n’est élu qu’avec une minorité de 43%, quand ils peuvent afficher un chiffre autrement plus reluisant de 63%.

Juridiquement, Macron a été légitimement élu président, reconnaissons-le. Politiquement, il a été battu, écrasé même, disons-le.

Sondage IPSOS/SOPRA STERIA
  • De cette petite minorité de 20 millions de Français qui ont voté pour lui, il faut en outre retirer les 43% qui n’ont pas voté Macron, mais on fait obstacle à Marine Le Pen.
  • Cela donne qu’à peine 12 millions de Français – sur 47,6 millions – ont voté pour Emmanuel Macron, que ce soit parce qu’ils pensent qu’il incarne le renouvellement politique (33% selon IPSOS/SOPRA STERIA), parce qu’ils croient en son programme (16%), ou qu’ils aiment sa personnalité (8%).

Vous me répondrez – et vous aurez raison – qu’être politiquement approuvé par 25% des Français, cela ne dérange en rien la gauche, car il y a belle lurette que la démocratie, lorsqu’elle se dresse en travers de son ambitieux et délirant programme de transformation de l’être humain et de la société, ne lui inspire que la rage de la combattre.

Il paraît que 61% des Français ne veulent pas donner la majorité parlementaire à Macron. J’ai vécu cela avec Barack Obama. Cela ne l’a pas empêché de détruire l’Amérique par décret et chantage. Je serais le dernier surpris si Macron en fait autant.

Conclusion :

Ma fortune est que je ne suis pas impliqué dans la vie politique, je me contente de la commenter pour les lecteurs en manque d’analyses honnêtes. N’interpellez pas les Français de droite qui ont voté Macron pour fait obstacle à Le Pen. Ils n’auront, pour se justifier pendant 5 ans, que « vous préfériez Le Pen ? »

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

http://www.dreuz.info/2017/05/08/macron-president-elu-a-la-minorite-et-moins-que-ca-encore/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

L’analyse du jour : la marque de Soros

Il y a des symboles qui ne trompent pas. François Hollande avait inauguré son règne sous la pluie et son avion avait été foudroyé lors de sa première visite en Allemagne préfigurant ainsi ce qu’allait être son quinquennat. Celui d’une lente descente aux enfers aussi bien sur le plan économique que sécuritaire. Emmanuel Macron, lui, a inauguré sa prise de pouvoir au carrousel du Louvre, devant la Pyramide, aux accents de l’hymne européen. Tout un symbole. Celui de la dilution progressive de l’identité nationale qui constituera l’un des axes majeurs de son quinquennat. La pyramide symbolisant le tombeau de l’ancienne « fille aînée de l’église ».Mais au-delà des symboles il y a également l’inquiétant aveuglement du vainqueur de la présidentielle. Il semble n’avoir rien compris. Ou plus exactement il fait semblant de ne rien vouloir comprendre. Il a fait de la lutte contre le chômage la priorité de son mandat. Persuadé qu’au premier tour le choix entre lui-même et Marine Le Pen a été déterminé par le niveau élevé du chômage. Ce qui lui a fait dire dans son discours du carrousel du Louvre que son objectif d’ici cinq ans et qu’il n’y ait « plus aucune raison de voter pour les extrêmes ».Or le vote pour Marine Le Pen est avant tout un vote identitaire qui a pour principales motivations l’immigration, l’islamisation, le terrorisme, l’insécurité. Et ce n’est pas avec un président mondialiste, partisan de l’ouverture des frontières, de l’apprentissage de l’arabe à l’école, de l’instauration d’autoroutes migratoires avec le Maghreb, niant l’existence d’une culture française etc, etc… que cette inquiétude identitaire dans une large partie de l’électorat va disparaître en cinq ans. Bien au contraire… Ce président pense, peut-être sincèrement, qu’en donnant satisfaction aux consommateurs il apaisera les inquiétudes des citoyens. Il y a dans ce pari une large part de mépris envers les légitimes aspirations identitaires d’un peuple. C’est la marque de George Soros.

Enregistrer

Posté par naninet à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2017

Image du jour

C'est parti pour 5 ans

18341833_1521250977898035_3545527268494310814_n

Enregistrer

Enregistrer

Posté par naninet à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2017

Maman est là

Posté par naninet à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Douce France : L’AFFRONT REPUBLICAIN

Douce France : L’AFFRONT REPUBLICAIN Par Master T

L’AFFRONT REPUBLICAIN

c_yyhbnxoaaduse

 

Par Master T Le 9 Mai 2017

Macron le golem des ROTHSCHILD bénéficie d’un cartel de collabos qui est répandu dans tous les rouages de la société ( exemple ici: http://www.les-crises.fr/coree-de-l-ouest-quand-les-presidents-duniversite-appellent-a-voter-macron/).

Les chœurs de l’armée brune entonnent le chant du « front républicain » face au FN… La menace fantôme que l’on vilipende ne saurait cacher celle de ses inquisiteurs. Le fascisme d’aujourd’hui, joyeuse normalité orwellienne, a ceci d’effrayant qu’il aurait sa bonne conscience pour lui. « Je suis charlie » hier, charlot toujours, il était mouton quand les bergers sifflaient au rassemblement, le voilà maintenant transformé en lion prêt à saigner la démocratie moribonde au nom de la raie-publique. L’aliénation est contagieuse et elle a faim de ce peuple. .

Face à la peste frontiste l’hystérie devient collective, opposons lui alors cette autre peste frontiste… celle des républicains.

LA FAUTE INTELLECTUELLE, MORALE ET COMPORTEMENTALE D’UNE ELITE

LIBERTÉ?
Seulement dans le cadre restreint de la « bien-pensance » fabriquée dans les loges et les alcôves de nos institutions et autres think-tanks puis relayée dans ses chenils ou on a élevé des journalistes à l’obéissance aveugle jusqu’au zèle comme Pavlov le fit de ses chiens en laboratoire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Conditionnement_classique

L’argent n’a pas d’odeur parait-il mais les idées nauséabondes si… pourtant, dans le marigot politique et médiatique du clergé de la City (ce Vatican de la Bête-finance) on renifle très bien l’argent à des milliers de kilomètres à la ronde sans pour autant que la pestilence de leur biotope ne les répugne. Ne serait-ce pas que l’argent sente la fosse sceptique des charniers empilés là générations après générations?. Tout bon pays possède sa propre fosse sceptique équipée d’un sanibroyeur efficace pour l’allant démocratique. La morale est une variable d’ajustement dans l’épilogue démocratique occidental, elle n’est que la mesure des actes liberticides que l’on saupoudre de « droit de l’Homme » et de bombes incendiaires ou financières.

ÉGALITÉ?
Pour qui? On tape sur les mêmes avec une égale jouissance et on festoie entre soi, à la Rotonde, en crachant unanimement dans l’auge des sans-dents. Gandhi aurait été avisé, si il était encore de ce monde, de passer chez nous se rendre compte que les castes millénaires de l’Inde sont aussi, compétition darwinienne oblige, répandues chez nous… avec quand même cette distinction particulière, typique, toutefois que si la richesse et la position sociale segmentent pareillement la société française et indienne, nous rajouterons qu’en France, oh! fameuse et revendiquée spécificité française, le dualisme cartésien est devenu entre temps religieux et il a généré 2 castes: il y a les Bons (macronistes) et les méchants (lepéniens)… les abstentionnistes quant à eux sont assimilés aux seconds. La France revisite le yin et le yang et rend hommage à son histoire quand celle-ci fut divisée en 2 portions géographiques: la France libre et occupée… occupée elle l’est à raboter la liberté.

Quant à la FRATERNITÉ
elle ressemble de plus en plus à celle que vivent les sectaires scientologues, les franc maçons ou les témoins de Jéhovah. Toujours sur d’avoir raison, sur de leurs faits, ils se nourrissent réciproquement de leurs sermons et s’observent les uns les autres dans le blanc des yeux pour vérifier que la doxa est vénérée et que les rituels de soumission sont tous aussi fidèlement respectés. La Fraternité est comme le moignon du pauvre qui ne peut recevoir l’aumône, elle attendra toujours son heure de gloire. Et puisque les autres, les « barbares », ceux qui ne parlent pas leur langue, c.à.d celle de Machiavel, ont le démérite d’exister, on ira les rééduquer dans des camps comme le suggérait avec enthousiasme Nathalie Saint-Cricq, sonnant ainsi le cor de chasse et lachant la meute: « Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie » … ceux qui ne sont pas des nôtres! Le périmètre de la secte élitiste s’élargit.

http://bobards-dor.fr/2015/portfolio/nathalie-saint-cricq-appelle-a-reperer-et-traiter-ceux-qui-ne-sont-pas-charlie/

Il pèse une atmosphère lourde, très lourde, si lourde dans ce pays divisé. On pressent que Le Pen sitôt élue… la guerre civile émergera. Non seulement on fera le nécessaire pour l’étouffer mais ceux et celles qui votèrent pour elle, tout comme les « assimilés » abstentionnistes et souverainistes, seront jugés indistinctement comme des parias. Les fascistes collabos du IVème reich ont du pain sur la planche et de nombreux instituts psychiatriques à ouvrir (1)… le bon coté quand même c’est que cela fera de l’emploi de ce coté-ci alors même que partout ailleurs le processus d’effondrement économique s’accélérera.

Ainsi, la fracture ouverte de cette Nation ne sera plus seulement socio-économique mais bien psychologique et… psychiatrique. Il en est des folies collectives que rien ne saurait arrêter et ceci jusqu’à que les énergies instinctuelles latentes puis libérées soient enfin épuisées.

(1) Psychiatrie punitive en URSS: https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychiatrie_punitive_en_URSS

MASTER T

https://leblogalupus.com/2017/05/09/douce-france-laffront-republicain-par-master-t/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par naninet à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]