le citoyen veilleur

07 janvier 2017

300 SDF morts dans la rue en 2016, pendant qu’on bichonne des clandos !

300 SDF morts dans la rue en 2016, pendant qu’on bichonne des clandos !

Publié le 7 janvier 2017 - par  

clochard

Suite au témoignage d’une amie qui travaille dans une boite privée qui propose des cours de français aux migrants, j’ai cherché à en savoir plus.
Ces boites privées et associations (genre CADA et COALLIA) répondent à l’appel d’offres de l’état français. Ensuite, c’est la région qui les rémunère, donc le contribuable.

Cette amie enseigne le français à ces « migrants ». Pour la plupart que des hommes et quelques familles.
Ils sont peu de Syriens, mais beaucoup d’Afghans et Africains. Beaucoup arrivent malades : tuberculose, problèmes de vue, ou orthopédiques, ils ont tous la CMU.

On les soigne aux petits oignons, mais on les loge aussi. Ils sont logés dans des appartements.
Cette amie a vu certaine familles se plaindre si pas trois chambres ou pas de balcon dans le logement proposé.

Elle et ses collègues sont écoeurés de ce qu’ils voient tous les jours, et de ce que l’on nous cache !
Elle a pu constater sur papier qu’ils reçoivent de l’argent et ne payent ni eau ni électricité, eux reçoivent tout et le pauvre con de Français quel qu’il soit, SDF ou étudiant ou retraité ou chômeur, etc. il peut bien se taper sur le ventre !

Par ailleurs,voilà ce que l’on n’ébruite pas dans les médias :

PARIS, 23 décembre (Reuters) – Le Conseil d’État a annulé partiellement vendredi le montant de l’allocation pour demandeur d’asile et enjoint au Premier ministre de fixer une nouvelle somme permettant à ceux qui ne disposent pas d’une offre d’hébergement de l’Etat de se loger. 

Les « sages » avaient été saisis par l’association d’aide aux migrants la Cimade, qui contestait un décret d’octobre 2015 fixant le montant de l’aide versée aux demandeurs d’asile au titre de l’hébergement.
Dans l’attente d’être fixés sur leur sort, les demandeurs d’asile bénéficient de l’allocation pour demandeur d’asile  (ADA), soit 6,80 euros par jour et par personne.

Ils sont en outre censés être logés au sein d’hébergements dédiés mais plusieurs milliers d’entre eux n’obtiennent pas de place dans ces établissements et reçoivent une aide additionnelle au logement de 4,20 euros par jour et par adulte.

Jugeant que cette somme ne permet pas de se loger décemment, la Cimade a attaqué le décret et le Conseil d’Etat lui a donné raison sur ce point.

« Le Conseil d’État juge que le montant additionnel de l’allocation, qui est versé aux seuls demandeurs d’asile à qui aucune solution d’hébergement n’est proposée, est manifestement insuffisant pour permettre à ces demandeurs de disposer d’un logement, et par suite illégal. », écrit-il dans un communiqué.
« Il annule donc le décret dans la seule mesure où il ne fixe pas un montant additionnel suffisant », ajoute-t-il. Le Conseil donne deux mois au Premier ministre pour fixer un montant additionnel d’allocation « permettant aux demandeurs d’asile à qui aucune solution d’hébergement n’est proposée de  disposer d’un logement ».

Voici une réaction face à cette nouvelle ; un témoignage (France Info).

« Je suis Française, je suis en invalidité ne touchant que 980 € mon mari lui n’a que l’allocation spécifique solidarité qui est de 488€ voire 504€.. Une fois toutes les factures payées, il nous reste quoi pour vivre ? Rien, je suis obligée à l’aide de ma calculatrice de faire mes courses et croyez moi, je ne mange pas à ma faim. Je ne fais qu’un seul repas par jour. Or,  vu ma maladie, je devrais manger convenablement, mais mes moyens ne me le permettent pas, donc pas le choix.. Vous demandez une aide pour pouvoir manger, on vous refuse en disant, vous dépassez le barème, mais je me dis le principal, c’est que j’ai un toit sur la tête. J’aimerais bien avoir au moins des revenus convenables, mais je ne peux pas travailler ».

Alors quand je vois que ce Conseil d’État estime que les réfugiés n’ont pas assez, je suis désolée de dire cela, mais on ne leur a jamais dit de venir en France.

Pourquoi la France au lieu d’un autre pays, ben tout simplement qu’en France, on récupère toute la misère du monde et la France octroie des aides à gogo.

Aide médicale, vêtements, nourriture et j’en passe une fois qu’ils ont pu obtenir les aides venant de notre chère France, ils se passent le mot et puis on se retrouve envahis par tous ces réfugiés,migrant, etc.

Sachant que la hausse des demandes d’asile enregistrées en France depuis le second semestre de 2015 se confirme, selon le quotidien Le Figaro : 88 000 dossiers ont été déposés cette année. En un an, cela représente une augmentation de 10%, + 60% en ce qui concerne les territoires d’outremer.
Il y en a marre du racisme blanc, de la discrimination « positive » (fallait être socialo pour l’inventer !) et de l’autoflagellation. La colonisation a vécu, ce n’est pas une raison pour s’enfoncer dans un multiculturalisme étouffant par la natalité.

Coudenhove-Kalergi, ça ne vous dit rien ? L’un des pères fondateurs de l’Europe. Au programme, suppression de la race blanche par métissage et remplacement de la démocratie par une oligarchie, un asservissement des peuples par une caste dirigeante.

Merkel et Juncker ont tous deux reçu le prix Kalergi (en 2010 et 2014 respectivement), dans un silence médiatique assourdissant. Pourquoi cacher cela aux Français ? 
BHL et Attali nous vendaient le petit Aylan et sa famille fuyant la guerre en Syrie, nous voilà avec des hommes venant d’Érythrée, du Pakistan,du Tibet ! Oui, vous ne rêvez pas ! Du Soudan, et même du Maghreb.

Les chiffres sur la réalité de l’immigration nous apprennent que moins de 10% de l’immigration est une immigration de travail. Le reste est entièrement à notre charge.

De plus, ce sont des centaines de millions d’euros qui repartent chaque année dans les pays d’origine et qui ne bénéficient donc pas à l’économie du pays d’accueil.Je vous laisse méditer…..

Pendant ce temps  des SDF meurent de froid en France ! Que fait-on pour eux ?

Des salles communes pour la nuit, des lits de camp, la promiscuité, les pauvres affaires de beaucoup volées et au petit matin, dehors !!! Les maraudes qui leur apportent un gobelet en plastique de café chaud, quelques paroles rassurantes, des invitations à se rendre dans les refuges (quand il y a encore de la place) voilà le sort de nos SDF.

Plus de 300 sont morts dans la rue cette année !
Pour nos « clandestins » qui arrivent en flot, ce sont des centres bien organisés avec espaces pour les familles, des appartements dans des immeubles rénovés un peu partout en France, où ils sont nourris, logés, vêtus avec argent de poche aux frais de la société, entourés d’assos en tous genres, bénévoles aux grands cœurs, bisounours de tout poils !
Est-ce à dire qu’il vaut mieux être clandestins que SDF, chez-nous ?

Sur ce triste constat je vous dis : » Bonne année à tous ! « Et pensez à bien voter en 2017 !

ALICE CHAMBORD

http://www.lejdc.fr/charite-sur-loire/social/2016/12/15/l-accueil-des-demandeurs-d-asile-a-la-charite-explique-en-trois-points_12209343.html

http://www.boursorama.com/actualites/france-l-aide-au-logement-des-demandeurs-d-asile-devra-augmenter-24084b367149ea6cad6b56d574e7c919

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/10/27/01016-20161027ARTFIG00200-en-2016-au-moins-323-sans-abris-sont-morts-dans-la-rue.php

http://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/refugies-12-000-places-d-hebergement-pour-evacuer-les-migrants-de-calais-et-paris_1829911.html

http://www.france-terre-asile.org/centre-d-accueil-pour-demandeurs-d-asile/flexicontent/que-faisons-nous/accompagnement-et-hebergement-en-cada

http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Asile/Guide-du-demandeur-d-asile-en-France

http://www.coallia.org/2-accompagnement-social-qui-sommes-nous.htm

Qui a entendu parler du plan Kalergi ??
http://citoyenveilleur.canalblog.com/archives/2016/01/09/33185254.html

Posté par naninet à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le rapport du Renseignement concernant l’influence russe sur les élections est un flop (Moon of Alabama)

Le rapport du Renseignement concernant l’influence russe sur les élections est un flop (Moon of Alabama)

par Moon of Alabama 7 Janvier 2017, 16:48 Piratage Elections Russie USA CIA Donald Trump Hillary Clinton Parti démocrate

ob_7d1592_trump-clinton8

Hier, le directeur américain du Renseignement national, la CIA, la NSA et le FBI ont publié un rapport sur le piratage présumé du Conseil national démocratique par les Russes et sur les manœuvres des  Russes pour influencer les élections présidentielles américaines. Le rapport n’a convaincu personne. C’est un désastre pour la communauté du renseignement, au niveau de la communication.

John Harwood couvre « l’économie et la politique nationale pour CNBC et le New York Times. » Plus de 100 000 personnes le suivent sur Twitter. Il est connu comme un supporter d’Hillary Clinton et c’est un copain de John Podesta qui a dirigé la campagne électorale de Clinton.

Harwood a fait un petit sondage. Il n’est pas représentatif statistiquement mais il donne un aperçu du sentiment général.
 

Qui crois-tu, Amérique ? 83% Wikileaks et 17% les officiels du renseignement étasunien.

 

Ce résultat montre bien les limites de pouvoir de la soi-disant Communauté du Renseignement. Mais il y a pire : les allégations de « hacking russe » d’hier n’ont même pas réussi à convaincre ses partisans anti-russes les plus ardents.

The Daily Beast : Le rapport américain sur l’espionnage accuse Poutine de piratage, mais ne fournit aucune preuve.

Kevin Rothrock (Moscow Times):

Je n‘en crois pas mes yeux. Est-ce là le dossier du Renseignement du gouvernement américain sur cette affaire?

Il faut bien le dire : le rapport déclassifié du gouvernement des USA intitulé « Évaluation des activités et intentions russes lors des dernières élections aux Etats-Unis » embarrasse tout le monde.  

Susan Hennessey (Lawfare, Brookings):

Le rapport non classifié est pour le moins décevant. Il n’y a pas de nouvelles informations pour ceux qui ont suivi l’affaire.

Bill Neely (NBCNews):

Beaucoup de jugements de valeur, mais peu de faits et aucune preuve tangible dans le rapport du renseignement étasunien sur le prétendu piratage russe.

Stephen Hayes (Weekly Standard):

Le rapport des Renseignements sur la Russie n’est guère plus qu’une suite d’allégtions. Je comprends qu’on protège les sources/procédures, mais le rapport est faible.

Julia Ioffe (The Atlantic):

Il est difficile de dire si la minceur du rapport sur le #hacking vient de ce que la preuve est classifiée ou qu’elle n’existe pas.

@JeffreyGoldberg Je dois dire, cependant, que beaucoup d’observateurs russes que je connais sont très sceptiques à propos du rapport. Aucun d’eux n’aime Poutine/Trump.

Lorsque vous avez perdu jusqu’à Julia Ioffe dans votre guéguerre contre les Russes …

Clapper, le directeur du Renseignement national, et Brennan, celui de la CIA, auraient dû être licenciés il y a des années. Ils seront tous les deux partis le 20 janvier. La communauté du Renseignement se souviendra d’eux comme les principaux responsables de cet échec ravageur.

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2017/01/le-rapport-du-renseignement-concernant-l-influence-russe-sur-les-elections-est-un-flop-moon-of-alabama.html

Posté par naninet à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Mario Soares, monument de la vie politique portugaise, meurt à 92 ans

A force d'apprendre la disparition de toutes ces personnes de valeur et de constater l'appauvrissement moral et intellectuel croissant du monde ... cela fait presqu'envie... de retourner en attière ...

Mario Soares, monument de la vie politique portugaise, meurt à 92 ans

International

part-par-arp2175975-1-1-0

L'ancien président portugais Mario Soares à Lisbonne
 

L'ancien président socialiste portugais Mario Soares, un fervent pro-européen qui a marqué de son empreinte l'histoire politique de son pays pendant quatre décennies, est décédé samedi à l'âge de 92 ans dans un hôpital de Lisbonne.

La nouvelle de sa mort a été confirmée à l'AFP par le porte-parole de l'hôpital de la Croix-Rouge, José Barata, sans en préciser les causes.

Hospitalisé le 13 décembre dans un état "critique", l'ex-chef d'Etat ne s'était jamais entièrement remis d'une encéphalite dont il avait été atteint en janvier 2013. Sa santé s'était encore dégradée après le décès de son épouse en juillet 2015.

Après une amélioration passagère, l'ancien chef de l'Etat était tombé dans un "coma profond" le 26 décembre à la suite d'un "épisode aigu" dont la nature n'a pas été dévoilée.

Fondateur du Parti socialiste portugais, ministre des Affaires étrangères, deux fois chef de gouvernement, président de la République de 1986 à 1996 puis député européen, M. Soares était un personnage incontournable de la démocratie portugaise.

"Je ne me suis jamais considéré comme spécial. Je suis quelqu’un de normal", disait toutefois dans un entretien paru en février 2015 cet avocat de formation, entré très tôt en politique en tant qu'opposant à la dictature d'Antonio de Oliveira Salazar.

De nombreuses personnalités, dont le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa et le Premier ministre Antonio Costa, se sont relayées à son chevet après son hospitalisation.

"Il y a des figures qui marquent et marqueront notre démocratie. On n'a pas besoin d'être de la même couleur politique pour reconnaître ce qu'elles ont fait pour le pays", avait commenté M. Rebelo de Sousa, un conservateur.

"Ma génération a toujours vécu en liberté et nous devons cela en grande partie à Mario Soares", avait déclaré le maire socialiste de Lisbonne, Fernando Medina, 43 ans, à l'issue d'une visite.

Infatigable animal politique

Très présent dans le débat public jusqu'à un âge avancé, il a pourfendu avec virulence la politique d'austérité budgétaire mise en oeuvre par le précédent gouvernement de centre droit entre 2011 et 2014, sous la tutelle de l'Union européenne (UE) et du Fonds monétaire international (FMI).

Grand artisan de l'adhésion du Portugal à l'UE, en 1986, il dénonçait 25 ans plus tard l'absence de solidarité des grands pays européens, qui avaient selon lui "oublié le projet des pères fondateurs" pour se laisser guider par un "capitalisme sauvage".

Sans craindre de prendre le contre-pied de l'opinion publique, il a défendu l'ex-Premier ministre socialiste José Socrates, mis en examen dans une affaire de corruption il y a deux ans.

Visiblement affaibli, il avait assisté en juillet à une cérémonie organisée en son honneur par l'actuel gouvernement socialiste, sans prendre la parole.

Sa dernière apparition en public remonte à septembre, à l'occasion d'un hommage rendu à sa femme, la comédienne et philanthrope Maria Barroso. Marié en 1949, le couple a eu deux enfants, dont l'ancien maire de Lisbonne et ex-ministre de la Culture Joao Soares.

Fils d'un curé défroqué, Mario Soares se définissait comme agnostique mais restera dans la mémoire des Portugais comme un homme de convictions et un infatigable animal politique.

 

Son rôle aura été particulièrement important au lendemain de la Révolution des Oeillets de 1974, un coup d'Etat militaire qui a mis fin à 48 ans de dictature et à 13 ans de guerres coloniales.

Faisant barrage au Parti communiste d'Alvaro Cunhal, il a remporté les premières élections libres organisées au Portugal.

Sa dernière joute électorale, la présidentielle de 2006 qu'il a disputée à 80 ans, s'est cependant soldée par un cuisant échec face à son autre grand rival historique, le conservateur Anibal Cavaco Silva.

© 2017 AFP

Posté par naninet à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les safaris-chasse de Benjamin de Rothschild impliqués dans des abus contre les « Pygmées »

Les safaris-chasse de Benjamin de Rothschild impliqués dans des abus contre les « Pygmées »

3 Novembre 2016

b934e7f1c47f730a976415efe00194bd_article_column

Peter Flack, un administrateur du WWF, pose avec un éléphant de forêt mort.

© Peter Flack

Survival International a découvert qu’une opération de safaris de chasse à l’éléphant, conjointement détenue par le milliardaire français Benjamin de Rothschild, a été impliquée dans la violation des droits de « Pygmées » baka locaux et de leurs voisins. Parmi ces violations figurent des expulsions illégales et des tortures.

L’opération est basée au Cameroun, dans deux « aires protégées » louées par Benjamin de Rothschild. Elle offre aux touristes la possibilité d’abattre, contre la somme de 55.000 euros, un éléphant de forêt.

Afin de créer cette opération de chasse aux trophées, les Baka ont été expulsés de leur territoire ancestral — ce qui est contraire au droit international. Des soldats, policiers et gardes armés patrouillent le territoire; les Baka ont maintenant été informés que les patrouilleurs tireraient à vue si les Baka pénétraient sur le territoire pour chasser afin de nourrir leurs familles, ramasser des plantes ou se rendre sur des sites sacrés.

Les Baka signalent que, rien que l’an dernier, trois de leurs campements en forêt ont été incendiés par des gardes forestiers et des employés du safari. Des hommes baka qui chassaient dans la forêt ont été frappés par la police locale, des soldats et des gardes forestiers.

Benjamin de Rothschild, copropriétaire d’une entreprise de luxe proposant des safaris de chasse à l’éléphant sur le territoire baka
Benjamin de Rothschild, copropriétaire d’une entreprise de luxe proposant des safaris de chasse à l’éléphant sur le territoire baka

© JeuneAfrique

Un Baka a raconté : « Ils m’ont dit de porter mon père sur le dos. J’ai commencé à marcher, [le garde] m’a frappé, il a frappé mon père. Pendant trois heures, on m’a frappé à chaque fois que je criais, jusqu’à ce que je tombe évanoui avec mon père. »

Un autre Baka a déclaré : « Quand le safari nous trouve ici, ils brûlent les campements, même les habits aussi, ils nous tapent, ils nous cherchent, ils mettent les chiens derrière toi, les armes derrière toi. »

Un troisième Baka a dit : « Le safari a dit que s’ils voyaient qui que ce soit [dans la forêt], les balles siffleraient. Maintenant, ceux qui ont de la famille là-bas sont allés les chercher. Comment on va vivre à présent? »

Survival a contacté M. de Rothschild pour l’informer que de graves violations des droits de l’homme commises pour le maintien de l’opération de chasse aux trophées avaient été signalées. Aucune réponse n’a été reçue à ce jour.

Les Baka utilisent la forêt tropicale camerounaise pour leur nourriture, leurs remèdes et leurs rites religieux. Désormais, on les en exclue par la force.
Les Baka utilisent la forêt tropicale camerounaise pour leur nourriture, leurs remèdes et leurs rites religieux. Désormais, on les en exclue par la force.

© Selcen Kucukustel/Atlas

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) est très actif au Cameroun où les « aires protégées » permettant la chasse aux trophées font partie de l’un de ses « paysages écologiques » clefs. Le WWF doit encore commenter ces allégations ou annoncer s’il compte prendre des mesures.

Un agent de réservation a déclaré à Survival : « Tous nos somptueux campements en forêt sont des constructions solides entièrement équipées — des chalets privatifs climatisés, avec salle de bain complète et dressing. De délicieux repas gastronomiques sont servis accompagnés de grands crus et d’autres boissons européennes de grande qualité. (…) Notre campement le plus récent possède une grande piscine protégée. »

A travers la région, les « Pygmées » baka et leurs voisins sont expulsés de leurs terres ancestrales et risquent d’être arrêtés, battus, torturés, et même tués, tandis que la chasse aux trophées est encouragée. L’administrateur du WWF Peter Flack a également chassé l’éléphant dans la région.

Violations des droits de l’homme et chasse aux trophées au CamerounUne opération de safaris de chasse à l’éléphant, conjointement détenue par le milliardaire français Benjamin de Rothschild, a été impliquée dans des violations des droits de « Pygmées » baka locaux et de leurs voisins. Parmi ces violations figurent des expulsions illégales et des tortures.

 

Il ne s’agit pas d’un incident isolé. A travers le continent africain, les peuples autochtones sont accusés de « braconnage » parce qu’ils chassent pour nourrir leurs familles. Ils risquent d’être arrêtés, battus, torturés, et même tués, tandis que les amateurs de trophées de chasse sont encouragés. Survival mène la lutte contre ces abLe directeur de Survival, Stephen Corry, a déclaré : « A travers l’Afrique, de riches amateurs de trophées de chasse sont accueillis dans les zones mêmes où des chasseurs autochtones sont illégalement expulsés de leurs terres ancestrales et brutalisés lorsqu’ils chassent pour nourrir leurs familles. Cela doit prendre fin. La protection de la nature dans le bassin du Congo est une spoliation des terres et une poursuite du colonialisme. Elle provoque de fréquentes et atroces violations des droits de l’homme, y compris des exécutions sommaires. Pourquoi si peu de personnes s’expriment sur le sujet? Survival mène la lutte contre ces abus. Les défenseurs de l’environnement doivent, comme n’importe qui est censé le faire, respecter les droits de l’homme.

 http://www.survivalfrance.org/actu/11491

Posté par naninet à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Essai Trump classe tous risques Par Bruno Bertez

Essai Trump classe tous risques Par Bruno Bertez

Essai Trump classe tous risques

overtheedge_logo-2

c1fubvjviai9pcpovertheedge_logo-2

By Brunobertezautresmondes, brunobertez.com janvier 6, 2017

A mesure que Trump désigne une  équipe commerciale très protectionniste la crédibilité de ses intentions s’affirme.  La Chine commence à y croire et elle  multiplie les mises en garde contre le risque de guerre commerciale. Jeudi la presse officielle chinoise a ainsi averti  que le prochain président des Etats-Unis, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, se trouvera face à des « gros bâtons » s’il tente d’imposer unilatéralement des taxes aux produits chinois importés aux Etats-Unis…

Nous même, avons douté du sérieux de Trump, ou plutôt nous lui avons accordé le bénéfice du doute. Nous savions depuis 2008 qu’il doutait du dogme du Free Trade, mais nous envisagions la possibilité que ce soit une simple posture de campagne électorale; or c’est un agenda.

cxlftgfuuaakhff-1

STEVE BANNON

L’autre élément qui nous convainc de prendre au sérieux sa volonté protectionniste, c’est la meilleure connaissance que nous avons maintenant  de sa personnalité. Il n’est pareil à aucun autre homme politique: il n’est pas sous l’influence de ses conseillers, c’est l’inverse. Il a une personnalité forte et des convictions et puis, c’est peut être le plus important: c’est un entrepreneur. Il a l’habitude de commander, d’être obéi , d’imposer et de prendre des risques.

Nous pensons que c’est le point le plus important. Un politicien de culture, un fonctionnaire ne cessent de peser le pour et le contre, ils intègrent le fameux « d’un côté il y a ceci  et de l’autre il y a cela » , cette culture est une culture de « hedge », de non prise de risques. Or Trump prend des risques, c’est sa culture fondamentale; il a,  si nos souvenirs sont bons déja fait trois faillites. Il est déja allé au tapis!

Une équipe  américaine très protectionniste

« Il y a des fleurs autour du portail du ministère chinois du Commerce », écrit  le ‘Global Times’, l’organe officiel du PC. « Mais il y a également des gros bâtons cachés derrière la porte… Tous deux attendent les Américains », poursuit le journal.Cette nouvelle charge venue de Chine intervient alors que Donald Trump s’est entouré d’une équipe commerciale de choc, composée de personnalités protectionnistes et favorables à une ligne dure face à Pékin… Dernière nomination en date, celle de l’avocat d’affaires Robert Lighthizer comme représentant américain au Commerce.

M. Lighthizer, 69 ans, a été représentant adjoint américain au commerce de l’ancien président Ronald Reagan dans les années 1980. Ensuite, au sein cabinet juridique Skadden Arps, il a représenté des clients américains dans des affaires de lutte contre le dumping et s’est battu pour un meilleur accès des entreprises aux marchés étrangers.

Robert Lighthizer, dont la nomination devra être confirmée par le Sénat, devra se coordonner avec le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, et Peter Navarro, nommé à la tête d’un nouveau Conseil du commerce créé à la Maison Blanche.  Ross et Navarro sont aussi des partisans d’une ligne dure en matière de commerce international, ce qui laisse penser que Donald Trump mettra bien en oeuvre ses promesses de campagne…

Unilatéralisme ou  négociations bilatérales

Le nouveau président  s’est engagé à remettre en cause de nombreux traités dont l’Alena  l’accord signé en 1994 qui institue une zone de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique…C’est la raison pour laquelle le cours du pesos mexicain a fluctué tout au long de la campagne, au gré des sondages et c’est la raison pour laquelle il est au plus bas maintenant. C’est certainement l’une des raisons complexes qui expliquent la tendance à l’érosion du Yuan Chinois, avec la fuite des capitaux conscients des difficultés de la période qui s’annonce.

Donald Trump a annoncé  pendant sa campagne son intention d’infliger aux produits chinois des taxes d’importation de 35%. Depuis son élection, Donald Trump a mis la pression sur groupes automobiles qui produisent au Mexique  les menaçant de taxes d’importations élevées si ils ne rapatrient pas des productions. Ford a déja obtempéré. Ses tweets sont aussi redoutés que des « executive orders »!

Un redoutable tweeter, sans intermédiaire

c1dkv6rxaaeolnw

Lundi 2 janvier, le président élu a  provoqué Pékin en estimant dans un « tweet » que « la Chine récupère des quantités considérables de richesses et de profits grâce à des échanges commerciaux totalement unilatéraux avec les Etats-Unis… »

A la mi-décembre, Donald Trump avait aussi provoqué la colère de Pékin en remettant pratiquement en cause, s’agissant de Taiwan le principe de la Chine unique . Il avait déclaré que les Etats-Unis n’étaient pas forcément tenus de se conformer à ce principe appliqué depuis près de 40 ans, et s’était adressé directement à la présidente de Taïwan, qui l’avait appelé au téléphone pour le féliciter de son élection.

Pour l’instant, tout va dans le même sens, celui de la confirmation: Trump veut la confrontation. La question de savoir si on va vers une guerre commerciale avec la Chine est à notre avis tranchée. Le fait que la guerre se déclare ou pas ne dépend à notre avis que des Chinois. Trump, lui, y va.

Nous sommes au début d’une partie de poker. Et c’est là ou la personnalité de Trump va avoir son importance: Trump prend les problèmes et les gens « par les couilles » , « grab them by the pussy ». C’est un mode opératoire .

Nous sommes à la fois dans l’économique, le financier, le monétaire et bien sur la géopolitique. Il va y aller à bras le corps, là ou cela fait mal. C’est un homme d ‘action, un joueur et il ne s’embarrasse pas de principes ou de règles, les règles sont faites pour être brisées.

Trump aime le jeu, la dette et l’incertitude. il sait ce que c’est que le levier et il l’ utilisé toute sa vie.  Il aime l’incertitude parce que c’est ce qui lui a permis d’accéder maintenant au sommet,  il aime en tirer parti. Le fait, pour lui d’être atypique, imprévisible est un point fort qu’il faut cultiver. Et il le cultive.

Nous pensons que son atout principal réside dans le fait de ne pas partager le sentiment d’impuissance des politiciens et des fonctionnaires; il a affirmé: « nous avons beaucoup de pouvoir sur la Chine, et les gens ne s’en rendent pas compte, ils font comme si ils n’en avaient pas ». Cela nous fait penser à ce que nous pensons de la France face à l’Allemagne: elle a beaucoup de  pouvoirs sur l’Allemagne, elle peut lui faire mettre les épaules à terre mais elle n’utilise pas ce pouvoir, à cause des collabos et des défaitistes. Elle se considère comme inférieure, elle a une mentalité de perdant. De victime.

Toute l’équipe de Trump se définit comme sceptique face aux bienfaits du libre échange, c’est un principe de base. Trump associe, amalgame  très clairement les partisans du libre échange aux élites, c’est un vice, un biais des élites. C’est un crédo des élites et comme son combat se dirige contre les élites, il y a fort à parier qu’il ne va pas céder sur ce point du libre échange . Il va y enfoncer un coin, parce que c’est politique: la vraie tradition conservatrice américaine est contre le libre échange et Trump veut, il le répète sans cesse, renouer avec elle. Et c’est là ou la gestion rejoint la politique la plus noble.

Hamilton, référence de Trump, le fondateur du conservatisme politique américain était contre le libre échange: » la politique du commerce extérieur est un outil, pas un dogme; un outil pour bâtir un pays fort et indépendant avec une classe moyenne riche et prospère ».

c0vyuxsuoaefgaz

Quelle sera la méthode de Trump, quelles sont ses  marges de manoeuvre? Il est trop tôt pour le dire, il n’est même pas encore en place. Mais ce qui nous parait évident c’est que la Chine et l’Allemagne avec leurs excédents colossaux ont du souci à se faire.

La Chine parce qu’elle est prise à contrepied au plus mauvais moment alors qu’elle a des difficultés à rebalancer son économie et à gérer ses bulles; et l’Allemagne parce qu’elle a,  face à elle un ennemi qui lui veut du mal, Draghi. Un ennemi qui a pour objectif de l’affaiblir de lui mettre des boulets au pied pour la rendre euro-compatible;  un ennemi  qui sape sa force à la base,  à la racine par sa politique au service des faibles et au détriment  des forts.

c08b5sjucaabikp

Posté par naninet à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les Etats-Unis dévissent et la succursale européenne se débat pour survivre aux secousses

2017, le grand basculement ?

Les Etats-Unis dévissent et la succursale européenne se débat pour survivre aux secousses

grand_basculement

06/01/2017 L’effondrement de l’Empire atlantiste et de sa contre-civilisation tourne au tragi-comique. Le spectacle est tellement désolant que l’on se surprend même à éprouver une certaine gêne devant la petitesse des acteurs pris au piège de cet épilogue pourtant historique. La gêne par exemple de voir le minuscule Obama se ridiculiser encore davantage en donnant des coups de pieds rageurs dans son château de sable; de voir aussi la volaille merdiatique occidentale s'obstiner à piailler en perdant ses dernières plumes de crédibilité; de voir encore la panique des prétendants au trône hexagonal devant leur propre vacuité; de voir enfin la sublime élite européenne se persuader qu’elle a encore un rôle à jouer. La gêne en somme de voir toute la caste dirigeante de l'hyper-Titanic atlantiste s’avilir jusqu’au grotesque pour arracher encore au temps qui les vomit quelques lambeaux de vie. 2017 descend pourtant sur leur nuque comme un impeccable couperet. L'année du grand basculement ?

L’Empire en voie d’extinction
On voyait bien la bête pourrir sur pieds depuis quelques années mais le millésime 2016 aura été admirablement dévastateur pour l’Empire atlantiste. C’est l’année où tous les derniers joints de l’édifice ont pour ainsi dire pété en même temps.

Le Brexit; l’éviction du gang Clinton par le déplorable Trump; la montée irrésistible en Europe des partis souverainistes; la perte totale de crédibilité de la machine à enfumer merdiatique après la chute d’Alep, bref, autant de déculottées qui ont poussé toute la pègre ultralibérale de l’Empire dans les cordes.
Matrice et capitainerie du Système, les Etats-Unis en ont pris pour leur grade, nécessairement. De l’Ukraine à la Syrie en passant par la Lybie ou par l’Irak, toutes ses opérations de regime change ont foiré lamentablement.

Sans nous appesantir sur le désormais «failed state» ukrainien (1), la perte d’Alep en décembre dernier représente sans conteste le coup de grâce, l’humiliation ultime d’une machine à dévorer le monde qui va devoir s’habituer à bouffer de la compote à la paille désormais.
D’où la rage d’adolescent attardé manifestée par le pitoyable Obama dans les derniers jours de son pitoyable mandat.
Même ses provocations contre Poutine ou ses manœuvres pour savonner la planche à son successeur auront tournées au fiasco.
En expulsant 35 diplomates russes sur la base d’accusations fallacieuses par exemple, le POTUS espérait sans doute pouvoir encore jouer les gros bras dans une ultime passe d’armes intercontinentale. C’est raté. Le haussement d’épaule de Poutine (2) lui a renvoyé sa fanfaronnade en pleine tronche avec le claquement sec et terriblement humiliant d’une gifle diplomatique.

Le constat est sans appel: Obama-le-pitre aura sans aucun doute possible été le pire POTUS depuis la Seconde guerre mondiale, c’est-à-dire le meilleur finalement. Il laisse en effet derrière lui un Empire en voie d’extinction, pour ainsi dire ruiné, que plus personne ne craint, et désormais guetté par une dislocation qui pourrait bien surprendre par sa rapidité.
Merci à lui.
On ajoutera à ce stade que cette dislocation pourrait prendre une forme inattendue dans la guerre qui oppose Trump à l'Etat profond US désormais. Sur MSNBC, un sénateur vient ainsi de menacer Trump, suggérant à mots à peine couverts que la CIA pourrait bien vouloir sa peau (3).

Suicide merdiatique
L’affaire d’Alep aura aussi permis à la volaille merdiatique d’achever son suicide en beauté.

En près de 6 ans de tueries encadrées par les services secrets de moins en moins secrets de Washington, Riyad, Ankara, Londres, Tel-Aviv ou Paris (4), on croyait avoir tout vu, tout lu en matière de désinformation sur cette prétendue révolution syrienne et ses rebelles bisounours – notamment de la part d’une gauche française totalement ravagée par un crétinisme romantique effarant.
Avec la prise d’Alep-est pourtant, les dernières bornes de la décence n’ont pas seulement été repoussées, elles ont été littéralement explosées dans une formidable crise d’hystérie merdiatique où les rumeurs les plus folles de massacres et même de viols collectifs par les troupes syriennes ont été présentées comme des faits avérés.
C’était comme si au sein des rédactions occidentales – devenues officines du «Ministère de la vérité» de l'Empire depuis quelques années déjà (5) –, ont avait joué à qui aurait l’idée la plus délirante, la plus malsaine pour tenter de susciter encore la mobilisation et sauver la rébellion qu’on avait fantasmée.  

Tout cela pour qu’à la fin, les seuls charniers découverts dans une Alep libérée soient ceux de civils torturés et massacrés par les rebelles bisounours qu’on avait tenté de faire passer durant 6 ans pour les dignes héritiers du Che (6).
Là encore: passé la colère aux moments cruciaux de la bataille, on s’est surpris à éprouver ensuite une certaine gêne face à l’ampleur des démentis que le réel infligeait coup pour coup aux délires d’une corporation merdiatique désormais réduite à un troupeau bêlant de petits militants hallucinés.

Le nouveau complot de Poutine
Mais comme on le sait le ridicule ne tue pas, hélas.

Et la plume encore puante de ses derniers mensonges orientaux, on a pu voir ensuite avec quelle dévotion hargneuse ledit troupeau s’est vite remis au garde-à-vous pour alimenter les nouvelles minutes de haine antirusse commanditées par l’éditeur-Système (7).
Ainsi, déjà accusé d'avoir en quelque sorte placé Trump à la Maison-Blanche, Vladimir Poutine est désormais soupçonné de vouloir organiser cette année encore une série de quasi coups d’Etat en Europe pour y placer, là aussi, des (es)-pions à lui lors des élections en Allemagne et en France notamment.

C'est le dernier complot cosmique mis au jour par nos rigoureux enquêteurs nourris au grain bio de la déontologie et de l’éthique des grandes écoles de journalisme officielles: Magic-Poutine s’apprêterait... à prendre le contrôle du monde-libre par extrêmes-droites interposées. Si si. (8)
Magic-Poutine version grand méchant de Comic Books: c'est du lourd, du massif, de l'indiscutable, et on a déclenché des guerres intergalactiques pour moins que ça.
Bêler d’effroi pour le compte de l’Empire est un travail harassant, à n’en pas douter.

L’UE en plein naufrage
Du côté de l’UE de Bruxelles, le naufrage se poursuit aussi sans encombre. La nausée des Européens est désormais telle que, à nouveau, tous les plumitifs du Système sont mobilisés (encore eux, les pauvres) pour sauver la succursale étasunienne.

Dans L’im-Monde du 21 décembre on pouvait ainsi lire en se pinçant le nez: «La Commission européenne n’a rien à voir avec la description technocratique qui en est faite (...) Jean-Claude Juncker (...) s’efforce de taxer les multinationales, de faire la chasse au paradis fiscaux et d’avoir une gestion politique – comprendre de gauche – des politiques budgétaires.» (9)
Ce que confirment pleinement d’ailleurs les révélations du Guardian du 4 janvier dernier (10), selon lesquels «Juncker aurait bloqué des réformes contre l’évasion fiscale».

Mais allez, on ne va pas chipoter comme disent nos amis belges. L’UE c’est chouette, c’est beau et ça sent bon puisque l’’im-Monde et ses clones vous le martèlent, et d’ailleurs tous les retraités grecs vous le confirmeront.
Reste que malgré les efforts déployés pour sauver l’image de l’UE, ça commence franchement à sentir le sapin pour le machin et nous, on aime bien..

Une fois n’est pas coutume, nous nous risquerons même au jeu des pronostics pour dire que 2017 aura sa tête, à l’UE de Bruxelles donc, avec une probable série d’xxExit qui seront sinon accomplis du moins franchement sur les rails avant la fin de l’année.
La perspective est tellement jouissive qu'on se laisserait presque aller à pousser pour l'occasion un petit «Jun-cker, blai-reau, le peuple aura ta peau»...
Patience.

En attendant un Trump à Paris
Pour boucler la boucle, on voulait encore souligner le spectacle lamentable donné par l'ennuyeuse petite troupe d'énarques en lice pour la Présidentielle française. Ce qui confirme d'ailleurs que le théâtre, plus c'est subventionné, plus c'est de la..., enfin plus c'est mauvais quoi.

En ce moment, la sitcom en est à la primaire de l’autre tête dite «de gauche» du Parti inique, pardon, unique, aux commandes, et nous voulions évoquer un peu la vacuité abyssale de la chose. Et puis nous y avons renoncé. Un coup de mou sans doute, non pas devant l’ampleur de la tâche, nous ne sommes pas si paresseux, mais devant son inutilité. Si vous en avez la force, il vous suffit en effet de vous infliger un JT de temps en temps pour être édifiés. Nous, on y arrive plus.
Alors pour faire court, nous nous risquerons là encore au jeu des pronostics en disant qu'il est bien possible, sinon probable, que les Français décident enfin de tirer la chasse sur cette caste d'énarques et autres enfumeurs néolibéro-progressistes en choisissant leur propre Trump, quel qu’il soit. «N’importe qui plutôt qu’un de ceux-là», nous paraît l’engagement citoyen le plus responsable et respectable qui soit par les temps qui courent.

Epilogue
L'Empire atlantiste est donc enfin entré dans la phase finale de son effondrement.

Les Etats-Unis dévissent et la succursale européenne se débat pour survivre aux secousses.

Partout les idéologues et les artisans du chaos sont désormais démasqués, conspués, et la machine merdiatique qui recouvrait leur sale petite mécanique d'un vertueux vernis est en panne.
Les temps sont tragiquement propices au changement.
2017 sera-elle l'année du grand basculement?
Tout est prêt.

Jocelyne Galy

Mis en ligne par entrefilets.com le 6 janvier 2017

1 La vérité sur l’Ukraine exposée au Parlement européen

2
Trump et d'autres saluent la décision «mûre» de Poutine de ne pas répondre aux sanctions américaines

3 Did Chuck Schumer Just Threaten Donald Trump?

4 Liste d’officiers de la coalition américaine capturés à Alep-Est

5 Goebbels peut aller se coucher

6 Alep: des charniers de civils découverts dans des quartiers libérés des combattants

7 Guy Verhofstadt: «Résistons à la guerre hybride que Poutine mène contre l’Occident»

8 Le Monde craint «la cyberguerre de Poutine» à l’approche de la présidentielle française

9 [Le Monde] Vous reprendrez bien un peu de propagande UE avec votre propagande Alep ?

10 Juncker aurait bloqué des réformes contre l’évasion fiscale, selon le «Guardian»

Posté par naninet à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

« L’OTAN n’amène que destruction, insécurité et misère. Elle doit être abolie »

« L’OTAN n’amène que destruction, insécurité et misère. Elle doit être abolie »

Crises Droit international Etats-Unis Europe Histoire Livres

Ce que tout un chacun devrait savoir sur les armées secrètes, Gladio, le terrorisme d’Etat

Lors de nos échanges avec des lecteurs, ou amis, nous apprenons qu’il y a de nombreuses personnes qui ignorent ce que la « stratégie de la tension » signifie. C’est à eux, en particulier, que nous adressons le document ci-dessous. [ASI]

DE-de-Head-Insights-WP-Peak-Oil-Arab-Awakening-e1420961497734

« C’est très important de comprendre ce que la stratégie de la tension représente réellement et comment elle a fonctionné durant cette période. Cela peut nous aider à éclairer le présent et à mieux voir dans quelle mesure elle est toujours en action. Peu de gens savent ce que cette expression stratégie de la tension veut dire. C’est très important d’en parler, de l’expliquer. C’est une tactique qui consiste à commettre soi-même des attentats criminels et à les attribuer à quelqu’un d’autre. Par le terme tension on se réfère à la tension émotionnelle, à ce qui crée un sentiment de peur. Par le terme stratégie, on se réfère à ce qui alimente la peur des gens vis-à-vis d’un groupe déterminé. Ces structures secrètes de l’Otan avaient été équipées, financées et entraînées par la CIA, en coordination avec le MI6 (les services secrets britanniques), pour combattre les forces armées de l’Union Soviétique en cas de guerre, mais aussi, selon les informations dont nous disposons aujourd’hui, pour commettre des attentats terroristes dans divers pays. C’est ainsi que, dès les années 70, les services secrets italiens ont utilisé ces armées secrètes pour fomenter des attentats terroristes dans le but de provoquer la peur au sein de la population et, ensuite, d’accuser les communistes d’en être les auteurs. » [Extrait de l’interview de Daniele Ganser, le 29 DÉCEMBRE 2006 | Slvia Cattori] (1)


Interview de l’historien suisse allemand Daniele Ganser, à Bâle le 21 avril 2015

Vidéo découpée en 13 séquences.  [Les questions sont inaudibles à cause d’un problème de prise de son]

(1) http://arretsurinfo.ch/video-interview-de-daniele-ganser-guerres-manipulees-et-terrorisme-detat/

 

Lire aussi: http://www.silviacattori.net/spip.php?article4308

 

http://arretsurinfo.ch/video-interview-de-daniele-ganser-guerres-manipulees-et-terrorisme-detat/


Gladio : L’armée secrète anticommuniste en Europe

YouTube – Arte

Voir sur le même thème :
Le terrorisme non revendiqué de l’OTAN 

Gladio, le scandale des armées secrètes de l’OTAN

Vidéo YouTube

Radiopariman2 Ajoutée le 6 nov. 2016

Après la seconde guerre mondiale, l’OTAN a organisé une armée de l’ombre avec l’aval des grandes démocraties. Son objectif, faire reculer le communisme. Son moyen: la terreur.

Retour sur un tabou des 30 glorieuses, le scandale des armées secrètes de l’OTAN. Les services secrets d’Italie, d’Allemagne, de Belgique, auraient utilisé des groupes terroristes d’extrême droite, avec la complicité d’hommes politiques, pour créer une stratégie de la tension.

A la lumière des récents attentats survenus en France, affaire Merah, hyper casher, attentats du 13 novembre et du 14 juillet, l’opération ‘stay-behind’ se serait-elle éteinte à la fin des années 1980 ?

1950-1990, le scandale des armées secrètes de l’OTAN.
Reportage d’Emmanuel Amara, diffusion France 5, mai 2011


Source: http://arretsurinfo.ch/lotan-namene-que-destruction-insecurite-et-misere-elle-doit-etre-abolie/

print

Posté par naninet à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Envolée des démissions de profs : une bonne nouvelle pour Fillon et sa bande ?

On peut totalement quantifier le nombre de réformes à la con pondues par Peillon / Belkacem entre 2012 et 2016 et l’impact sur la motivation du corps professoral qu’elles ont eu.

Envolée des démissions de profs : une bonne nouvelle pour Fillon et sa bande ?

par France Europe République (son site)
vendredi 6 janvier 2017

stress-professeurs

Il fallait s'y attendre, et Yahoo actualités ne fait que le confirmer. Ce jeudi 6 janvier 2017, la page d'accueil du moteur de recherche reprenait une note du ministère de l'éducation nationale qui prend à contre-pied les bêtises râbachées dans certains médias et dans les bars à poivrots. Les enseignants sont de plus en plus nombreux à démissionner. Officiellement, de 638 cessations de fonction en 2009, nous sommes passés à 1180 en 2016. Dans le premier dégré (les professeurs des écoles), nous passons de 1,3% en 2012 à 3,18% des effectifs actifs en 2016.

Il faut préciser que ces statistiques ne concernent que les demandes de démissions régulières, et ne tiennent pas compte des abandons de poste (en fait, des démissions en cours de journée, ou du jour au lendemain sans préavis, autrement dit... les cas de figure les plus fréquents !). Une nouvelle qui inquiètera les parents d'élèves, en particulier ceux qui éduquent leurs enfants, mais qui ne pourra que ravir les poufendeurs de "privilégiés" (?) fonctionnaires, puisque les effectifs d'enseignants se dégraissent tout seuls.

L'ex intendant de Sarkozy, François Fillon, dont l'objectif est de saborder l'état français pour permettre l'épanouissement du CAC 40, des agences immobilières et des rentiers de la Côte d'Azur, a dû se réjouir de cette bonne nouvelle. L'éducation et la formation des jeunes n'étant pas la priorité de nos libéraux de choc, il ne faut pas s'attendre à une amélioration de la situation scolaire dans les années qui viennent.

On attend de voir les réactions du futur syndic de la république lors de la campagne électorale. Pourfendra-t-il encore les fainéants du service public , vacanciers éternels, "sécurisés" en développant son baragouin habituel ou fera-t-il profil bas ? Il faut noter qu'une autre étude fait état du triste état psychologique de nos enseignants, pour lesquels il n'existe pas de médecine du travail (véridique) ! Autrement dit, impossible de savoir si les gens à qui vous confiez vos enfants sont encore aptes à l'encadrement et à l'enseignement après quelques années d'exercice...

Fatigue psychologique, difficultés à gérer des classes d'enfants-roi et de cas sociaux, mépris de la hiérarchie le plus souvent, impossibilité de vivre avec un salaire de prof dans certaines régions (à Paris surtout), chacun connait les raisons des désaffections des enseignants pour leur métier. Fillon la malice propose en outre de donner tous pouvoirs aux chefs d'établissement, notamment pour recruter. Quelqu'un pourra-t-il l'informer que les difficultés à recruter ne viennent pas de la rigidité des concours, mais du manque de diplômés pour postuler ?

Dernièrement, j'ai croisé dans un pub parisien un jeune gars titulaire d'un master en langues vivantes. Impensable, pour lui, de s'orienter vers la fonction de prof, il cherche à émigrer à Cracovie comme guide touristique. Dans un autre registre, pour revenir aux démissions, je me souviens d'une collègue institutrice qui souhaitait démissionner pour reprendre le restaurant de ses parents : ce fut un véritable parcours du combattant qui lui fut infligé. Une collègue, car j'ai moi-même été professeur des écoles. Un de mes articles sur Agoravox résume mon vécu. Dans un pays où le respect pour le voisin est très aléatoire, inutile de chercher à expliquer, tout est une question de mentalités. En Espagne et en Italie, j'ai toujours été très bien accueilli en tant que qu'enseignant, c'est moins le cas dans l'hexagone.

Fillon est finalement très représentatif du français moyen, frileux, obsédé par son compte-courant et sa feuille d'impôt, méprisant pour les jeunes et les intellectuels, peu courageux et spécialiste du "faites ce que dis, pas ce que je fais". Il est l'idôle des pauvres... d'esprit comme des rentiers, ceux qui savent faire trimer les autres en restant bien à l'ombre. La culture et l'instruction publique ne passeront pas par eux, qui ne sont ni patriotes ni républicains. Aux parents, aux jeunes et aux français concernés par la collectivité de se mobiliser pour faire changer les mentalités, et permettre de rendre sa convivialité à notre école publique, sans laquelle il n'y aura ni progrès ni avenir...

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/envolee-des-demissions-de-profs-188262

Posté par naninet à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Selon Aquilino Morelle, "François Hollande ne voulait pas exercer le pouvoir"

Selon Aquilino Morelle, "François Hollande ne voulait pas exercer le pouvoir"

Dans un livre publié le 11 janvier, l'ancien conseiller du chef de l'Etat livre quelques confessions sur l'exercice du pouvoir.

Publié le 7 Janvier 2017

000_io1ag

Renvoyé de l’Elysée après les accusations par Mediapart d’un conflit d’intérêt avec des laboratoires pharmaceutiques (enquête finalement classée sans suite par la justice en mars 2015) et l’affaire de ses chaussures cirées, l'ancien conseiller de François Hollande, Aquilino Morelle, publie le 11 janvier le livre L'Abdication. 

"J’ai écrit un livre politique, étayé et argumenté, qui veut répondre à la question que tous les citoyens, de gauche ou pas, se posent : comment en est-on arrivé là ?", explique-t-il dans Le Monde ce samedi.

Il revient dans ce livre sur les raisons qui ont poussé François Hollande à ne pas se représenter. "Ce sont les Français, par leur défiance massive, qui ont imposé au président d’abdiquer.

Juste avant la "sage décision" que certains observateurs commentent complaisamment, François Hollande n’était plus crédité que de moins de 10 % d’intentions de vote : être candidat dans de telles conditions relevait du vœu pieux". Pour lui, la véritable "rupture d’opinion entre Hollande et les Français" date de la fin 2012. "Dès cette date, les Français se sont détournés du président car ils ne lui pardonnaient pas sa première abdication, l’abdication de sa volonté d’exercer réellement le pouvoir."

"La vérité est simple et cruelle : François Hollande ne voulait pas exercer le pouvoir ; il voulait seulement être président de la République. […] Il est toujours resté comme extérieur à la fonction présidentielle", résume-t-il.

Proche d'Arnaud Montebourg, Aquilino Morelle observe que "toutes les qualités de l'homme" pour "conquérir le pouvoir, se sont retournées contre lui, une fois à l'Élysée. "Son intelligence ? A force de tout comprendre, il lui est arrivé trop souvent de ne rien décider. Son habileté ? La ruse ne sert plus au pouvoir, il faut alors la force, celle de s’imposer aux autres et aux événements. Son art de « la synthèse » ? Vain et illusoire quand on est aux commandes, et qu’il faut trancher.

Posté par naninet à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]