Nous arrivons là à la pointe du communautarisme? Est-ce bien ce que veulent les musulmanes, britanniques ou demain? françaises?
 

Ces tribunaux britanniques privés qui appliquent la charia et brisent la vie de milliers de femmes outre-Manche

Publié le 18 Novembre 2016

En Grande-Bretagne, des tribunaux islamiques privés pratiquent la charia, dans le cadre de la loi. Ils sont accusés de nier l'égalité entre hommes et femmes et de couvrir toutes sortes d'abus.


 

Tribunaux_charia_uk_19_11_2016

Au Royaume-Uni, les tribunaux islamiques sont non seulement autorisés mais encouragés par le gouvernement, qui voit dans cette organisation de l'Islam un moyen de marginaliser les extrémistes. Si les décisions de ces tribunaux n'ont pas force obligatoire, ceux-ci peuvent formuler des jugements privé. Ils sont reconnus comme des structures de médiation et d'arbitrage par une loi de 1996 qui encadre leur activité. Mais de nombreux éléments donnent à penser que la réalité est loin d'être rose. A l'heure où plusieurs candidats, de gauche comme de droite, parlent d'"organiser" un "Islam de France", il est peut-être judicieux de se pencher sur ce modèle britannique…

Comme les tribunaux rabbiniques et les tribunaux de droit canon (catholiques), la plupart des cas que doivent gérer les tribunaux islamiques sont liés à la situation familiale, et notamment au divorce.

Une enquête du Daily Mail révèle que de nombreux tribunaux islamiques britanniques ne reconnaissent pas un divorce civil britannique comme un divorce conforme à la charia, contrairement aux autorités islamiques de pays comme le Pakistan ou le Bengladesh. Si la femme n'a pas obtenu de divorce islamique, elle est considérée comme adultère.

Selon la charia, un homme peut répudier sa femme simplement en disant "Je divorce de toi" trois fois, mais pour divorcer, une femme doit apparaître devant un tribunal islamique et répondre à des questions.

L'enquête relate l'histoire de Lubna, femme d'origine pakistanaise, qui a quitté son mariage arrangé parce que son mari la battait. Après avoir quitté son mari, elle a obtenu un divorce civil et la garde des enfants. Après que son mari l'a traité d'adultère devant toute leur mosquée, elle a consenti à apparaître devant un tribunal islamique. Le tribunal ne l'a pas autorisée à s'exprimer, et lui a ordonné de se réconcilier avec son mari. "J'ai essayé de leur raconter la violence et les abus dont j'ai souffert pendant tout mon mariage, mais on m'a dit de me taire. Ils n'ont également pas laissé ma mère parler."

Si les tribunaux civils britanniques avaient caché la nouvelle adresse de Lubna à son ex-mari, les tribunaux islamiques l'ont communiquée. Après cela, selon son témoignage, son ex-mari a menacé de la tuer, a enlevé ses enfants et l'a violée.

On sait peu de choses sur les tribunaux islamiques britanniques, dont le statut n'est pas officiel. Selon les études, il y en aurait entre 30 et 85 dans le pays - assez pour qu'il y en ait un dans chaque communauté musulmane.

L'auteur de l'étude, qui a eu accès à de nombreuses audiences, rapporte des cas où des juges auraient ri au visage d'une femme racontant qu'elle a été battue. Dans un autre cas, une femme "prête à fondre en larmes" raconte comment son mari a contracté un emprunt à son nom le jour de leur mariage et refuse de lui accorder un divorce si elle ne lui donne pas 10 000 livres, et le tribunal la renvoie sans réponse.

Dans un autre cas, on demande à Hameeda, 70 ans, de renoncer à l'héritage qu'elle a légalement reçu de son mari pour le donner à ses fils. "Quatre mois après la mort de mon mari, mes fils ont fait fortement pression sur moi pour que je vende ma maison et que je leur donne l'argent.

Ils ont parlé à ce juge de charia. Il leur a dit que je suis peut-être propriétaire de la maison selon la loi anglaise mais que ce n'est pas ce qu'il faut faire dans l'Islam, que le patrimoine de mon mari aurait dû revenir à mes fils. Je pleure chaque jour parce que je ne sais pas ce qui va m'arriver."

Les tribunaux jouissent d'un vrai pouvoir car dans des communautés très fermées et endogames, la pression sociale de se plier à leurs décisions peut être très forte. En 2016, Paris Match avait fait un reportage sur la prétendue "cité des salafistes" d'Avignon et mis en lumière l'existence d'un tribunal islamique dans cette communauté. 


 http://www.atlantico.fr/decryptage/ces-tribunaux-britanniques-prives-qui-appliquent-charia-et-brisent-vie-milliers-femmes-outre-manche-2880387.html#oULhZXOzTDaqyYO6.99