Nous avons atteint des sommets en matière d'hypocrisie. La Tour Eiffel éteinte, noir... qui a un drapeau noir? Joli tribu.

Billet de (très mauvaise) humeur: La propagande sur la Syrie tue en Europe

bus

Idlib: les "rebels" détruisent 7 bus d'évacuation de civils
Nous pouvons continuer à "être" ... Berlin, Nice, Paris. Nous devons nous y habituer, car il n'y a strictement aucune raison pour que cela s'arrête. Il faut dire que l'on en a pris l'habitude, tous les mécanismes sont rôdés et la Tour Eiffel change de couleur en fonction des évènements, la dernière fois elle fut même habillée de noir, pour pleurer la défaite des groupes "terroristes modérés" à Alep. Ceux-là même qui font des attentats à ... Berlin, Paris, Nice.  Car la propagande tue. Elle tue en Europe.


Les fausses nouvelles et images sur Alep ont envahi les écrans de nos télévisions bien serviles et de nos journalistes aux abonnés absents pour nous faire comprendre, entre le fromage et le dessert, que ce sont des civils et non des militaires qui meurent à Alep. Donc, les armées syrienne et russe commettent des crimes de guerre. Logique. Nous avons donc raison de ne pas collabrer avec eux, d'adopter des sanctions, de les bannir. Nous sommes le Bien, ils sont le Mal, sans exagération aucune. L'on peut passer au café.
Sauf à considérer que les groupes terroristes armés et entraînés, par et à l'étranger, sont des civils puisqu'ils ne sont pas membres d'une armée régulière. Que ceux qui font exploser nos vies et notre mode de vie sont des civils. Est-ce une raison pour ne pas les combattre?
Pour légitimer le soutien qui leur a été - et parfois encore - apporté, d'autres combattants sont mis en place, médiatiques ceux-là.
En Egypte, un photographe local vient d'être arrêté. Il préparait des photos montages avec des petites filles de 8 - 12 ans, couvertes de sang / peinture sur fond de bâtiment détruit, pour ensuite les vendre et les diffuser sur les réseaux sociaux comme des photos des crimes commis à Alep.
RT a également décrypté qui était cette petite fille de 7 ans, Bana al-Abed qui écrivait des tweets - en anglais évidemment - ayant donc une connexion internet dans une ville en guerre. A 7 ans elle manie parfaitement la communication sur les sujets de géopolitique. Et au fur et à mesure de l'avancée des forces régulières, cette famille se déplaçait de plus en plus profondément dans les terres tenues par les groupes terroristes. Il faut dire que le père, sur sa page Facebook qu'il a depuis effacée, était "très ami" avec les extrémistes. Propagande reprise sur toutes les chaînes occidentales pour illustrer la barbarie de l'armée de libération montrée comme conquérante - de son propre territoire. Et personne pour se poser des questions simples et évidentes: comment fait-elle pour avoir en permanence une connexion internet lorsqu'il y a un black out dans l'est de la ville? comprend-elle seulement l'anglais qu'elle répète mécaniquement? qui écrit "ses" tweets? Non, aucun journaliste pour s'interroger.
Et au fur et à mesure de l'avancée des forces libérant la ville, les médias sont littéralement innondés de soi-disant témoignages de civils. Ici encore, RT en a retrouvé une bonne partie: des bloggers, des activistes, des journalistes bien impliqués avec les terroristes comme le montre un minimum de recherche sur le net avant de diffuser la doxa attendue.
Ce qui conduit, lors de l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie à accuser la Russie d'en être responsable, la politique "criminelle" qu'elle mène conduisant forcément à ce résultat, ce que l'on peut lire dans le New York Daily News
As Vladimir Putin’s man in Turkey, Karlov was the public face of that murderous dictator’s war crimes around the globe and of oppression at home. Andrei Karlov is the human embodiment of policies that deployed bunker busters to kill babies, sent fighter planes on scorched earth bombing runs that destroyed a whole city, aided Syrian madman Bashar al-Assad in his campaign that has killed hundreds of thousands, and even ordered attacks on UN aid workers.
Bref, ce n'est pas un acte terroriste, c'est une juste vengeance. Mais ce n'est pas très logique. Car, celui qui a tué l'ambassadeur russe en poussant les cris des terroristes islamistes vengeait ses "frêres", autres islamistes. Donc, la Russie et Assad luttent bien contre les islamistes? Dans ce cas, de quels crimes de guerre s'agit-il?
Exemple de la compassion sélective de notre société. Lors de l'évacuation de la ville d'Alep Est, le gouvernement syrien a négocié la "sortie" des groupes armés vers Idlib, tenu en grande partie par Al Nusra, qui n'a rien à voir avec de l'opposition politique, en contre partie de la libération des blessés des villages chiites de Foah et Vefraya. La première réaction de ces "rebels", donc non terroristes puisque rebels, a été d'attaquer les bus envoyés pour l'évacuation des civils - des vrais. Et un membre de la Croix rouge est mort. En images:
L'on appréciera leur modération sur ces images. Pourtant, le fait que ces populations civiles soient depuis des années prises en otages par ces groupes terroristes, n'émeut absolument pas la communauté internationale. Le fait que leurs groupes terroristes protégés y soient regroupés maintenant, attirera peut être l'intérêt. Quoi que, les caméras risqueraient de montrer en quoi leur modération est particulièrement sauvage.
Pendant ce temps-là, l'on pleure les attentats, l'on reconduit l'état d'urgence, l'on a peur de dire qu'il s'agit d'attentat. Le nombre de personnes devenues déséquilibrées qui crient des slogans islamistes, presque par erreur, est en pleine croissance en Europe. L'on ne peut pleurer nos victimes et soutenir les groupes armés en Syrie, il faut avoir l'honnêteté et le courage de choisir.
Noel arrive. ce doit être la trève. Il n'y aura pas de trève, pas de pardon. Si nous choississons "d'être", essayons d'être libre, cohérent et conscient. Bref, d'être des Hommes. Ce n'est pas toujours facile, mais la seule façon valable d'exister.