La presse occidentale toujours plus paranoïaque: l’ogre du KGB, Poutine et l’arbre de Noël du kremlin

01 Jan 2017

1022722496

Installation de l’arbre Noël dans le Kremlin…

Bizarre s’interroge le journaliste du Guardian, Vladimir Poutine invite les enfants de diplomates américains à venir au Kremlin faire la fête autour d’un magnifique sapin de Noël, est-ce que c’est une menace s’interroge le journaliste de The Guardian? Ces gens deviennent complètement cinglés, on devrait prévoir des primes de risque pour les journalistes que l’on jette telle une meute sur l’actualité russe et qui doivent être visiblement enragés pour assumer un tel travail (note de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

 

 
Le journaliste de The Guardian, Luke Harding, en effet affirme que l’invitation du Président de la Russie aux enfants de diplomates américains de participer à une fête pour la nouvelle année et à Noël au Kremlin est une menace pour les diplomates américains, une manière « subtile » de leur rappeler que le FSB a des «informations précises» au sujet de leurs enfants.

Sur le fond, la presse occidentale s’est montrée égale à elle-même en marquant son déplaisir face au refus du Kremlin de répondre aux sanctions d’Obama par des mesures de rétorsion. Il est vrai que cette presse en était déjà à décrire une POutine perdant ses nerfs et rentrant dans une rage folle. Quand Poutine a refusé de répondre à cette diplomatie sans dignité, les journalistes étaient à deux doigts de défaillir à l’idée d’une telle « provocation »de la part de POutine. Mais le commentaire qui se distingue comme de loin le plus désagréable est venu (sans surprise à ceux qui le suivent) de Luke Harding dans le Guardian

Vladimir Poutine donc a fait une déclaration dans laquelle il souhaitait à Obama, Trump et au peuple américain une heureuse nouvelle année. Il a en outre invité « tous les enfants des diplomates américains » à venir faire la fête sous l’arbre de Noël du Kremlin., mais pour le journaliste, cette invitation était aussi « un rappel subtil, pour ceux qui étaient en mesure de le décoder », que le FSB – le successeur du KGB – avait des informations précises sur les enfants du personnel de l’ ambassade des États – Unis .

« Le Ministère des Affaires étrangères de la Russie , le vendredi avait déjà dû démentir vénimeusement le fait que Moscou voulait fermer l’école anglo-américaine, fréquentée par les enfants diplomatiques, et la progéniture des banquiers et des travailleurs du secteur pétrolier ».
L’affirmation selon laquelle les Russes prévu de fermer l’école anglo-américaine a en effet été vigoureusement nié par les Russes après avoir circulé pendant une courte période dans les médias. Mais quel est le rapport entre cette fausse infromation et l’invitation du président Poutine? Rien si ce n’est la paranoïa du journaliste de The Guardian. .

Luke Harding confond en effet cette affirmation – que les Russes, ont bien sûr repoussée, et qui n’a certainement pas eu son origine, chez les Russes, qu’il s’agisse des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères de la Russie ou avec le Kremlin – avec l’invitation du président Poutine aux enfants de diplomates américains pour assister au Nouvel An et aux fêtes de Noël du Kremlin, et l’interpréter comme une menace par les Russes aux diplomates américains à travers leurs enfants ( «le FSB – le successeur du KGB – a des informations précises sur les enfants du personnel de l’ambassade des États-Unis»).

Cette menace est pourtant si «subtile» que seuls ceux qui savent – y compris bien sûr Luke Harding lui-même – sont «en mesure de le décoder ».

Que ce soit tout à fait paranoïque de transformer une invitation à une fête en quelque chose de sinistre, on ne devrait pas avoir besoin de le dire. Qu’est-ce que Luke Harding pense que le FSB pourrait faire avec « des informations précises sur les enfants du personnel de l’ambassade des États-Unis»? Que ce genre de paranoïa est publiée dans The Guardian montre malheureusement la façon dont il est devenu mainstream. J’espère que ce n’est pas une volonté de dissuader toute diplomates américains de garder leurs enfants à Moscou, ou de les laisser aller à des fêtes auxquelles le président Poutine les a invités.

https://histoireetsociete.wordpress.com/2017/01/01/la-presse-occidentale-toujours-plus-paranoiaque-logre-du-kgb-poutine-et-larbre-de-noel-du-kremlin/