Nouveaux écolo, cette bande de Bobo en mode campagne aceptisée, mais qu'ils restent donc en ville et foutent la paix aux habitants de ces belles campagnes qu'ils veulent dénaturé.Dommage, le ridicule ne tue pas, ils seraient mort depuis longtemps ces empécheur de vie naturelle à la campagne.

Isabelle Morini-Bosc : "Marre des citadins qui veulent la ville à la campagne"

ÉDITO - La journaliste critique le comportement de ces citadins venus s'installer à la campagne mais qui ne supportent pas le bruit ou les odeurs de la nature.

7786958872_une-grenouille-dans-une-mare-illustration

publié le 27/01/2017 à 19:17

Merci Adeline François. Oui, merci à ma camarade d'avoir évoqué ce matin dans sa revue de presse sur RTL un article du Chasseur français que, ne lisant pas ce magazine, je n'avais aucune chance de voir. Il n'y a pas à dire ni à redire, Adeline sait débusquer les articles intéressants plus encore les Français du vrai pays que les médias... Des articles qui montrent surtout à quel point on peut parfois toucher le fond. Le fond d'une mare, par exemple. Car c'est bien de mare qu'il est question dans cette histoire pourtant pas marrante. Elle est même plutôt clochemerlesque, la mésaventure vécue par deux propriétaires d'une mare aux canards à Grignols. 

Sauf que cette mare (figurant au cadastre depuis 100 ans) contient en fait des grenouilles, très exactement des spécimens de 4 espèces sauvages protégées, et bien évidemment utiles à la biodiversité. Donc à nous, sans que nous sachions le voir. Or notre couple voit s'installer un beau jour près de chez lui des citadins rêvant de repas et de repos façon campagne, mais une campagne avec du cheval sans crottin et de l'élevage sans purin. Ces voisins sont donc vite exaspérés (entre autres) par le coassement des grenouilles.

On imagine la fable que La Fontaine aurait faite sur ces gens peu affables !

Isabelle Morini-Bosc

Taux de décibels ? 63, le bruit d'une machine à laver qui lessive justement ces nouveaux venus. Sauf que, c'est ma foi eux qui ont choisi ce petit coin (de paradis ?), pas l'inverse. C'est d'ailleurs l'avis des premiers juges, qui les désavouent, quand les seconds leur donnent raison : voilà, les propriétaires bientôt sommés de combler leur mare et de déplacer des batraciens sachant, on le sait depuis La Fontaine, se faire aussi gros que le bœuf... Sauf que c'est justement un peu gros tout ça. Détruire un étang et changer des animaux sauvages de place est en effet interdit par une loi refusant la destruction d'espaces et d'espèces protégés. On imagine la fable qu'il aurait faite sur ces gens peu affables ! 

Comme j'aimerais un retour à la télé (et aux affaires) d'un Julien Courbet spécialiste des litiges entre voisins

Isabelle Morini-Bosc

Oh ! J'entends d'ici les ricanements de certains, façon "tout ça pour quelques grenouilles qui n'ont inventé ni la pénicilline ni Google. À bas les nouveaux écolos-bobos". Sauf que les "nouveaux écolos", ce n'est pas moi. Ce sont précisément ces citadins peu urbains qui, lassés des cités polluées, veulent moins la vie à la campagne que la ville à la campagne. Ah, comme j'aimerais un retour à la télé (et aux affaires) d'un Julien Courbet spécialiste des litiges entre voisins ! Ou d'un Jean-Pierre Pernaut se mettant au vert pour montrer tous ces cas surréalistes ! Je n'ai pas, moi, oublié Renato, ce coq de Dordogne qui fit monter sur leurs ergots des faux-ruraux ne supportant rien et surtout pas le chant du volatile ; ils foncèrent du coup dans les plumes du propriétaire, exigeant (en vain) qu'il en fasse un coq au vin ! 

Pas oublié non plus cet éleveur d'abondance contraint par la loi d'ôter les cloches du cou de ses vaches par des pseudo-montagnards ne supportant pas cette petite musique des alpages qui permettait pourtant de localiser les bêtes. Pas oublié non plus cet agriculteur que la justice avait condamné à ramasser "ses" bouses disséminées sur la petite route vicinale qu'il empruntait depuis 15 ans pour ramener son petit troupeau à l'étable. Tout ça parce que les nouveaux propriétaires d'un lotissement-clapier construit en rase campagne, considéraient que c'était "anti standing". Et on vous passe l'interdiction faite à de nombreuses églises de sonner. C'est justement cloche ! Soit dit sans sonner les cloches de personnes. Allez Julien, à toi d'en faire tout un foin sur France 2, C8 ou TF1.

http://www.rtl.fr/culture/medias-people/isabelle-morini-bosc-marre-des-citadins-qui-veulent-la-ville-a-la-campagne-7786957316