Macron et le lait en poude

> En marche avec Emmanuel Macron : narcissisme et lait en poudre… ?

Macron contre le système


Les médias ont tout dit… presque tout dit sur la fulgurante entrée en politique du ministre de l’Economie et des Finances, et désormais chef du mouvement politique acronymique (et narcissique) libellé à ses initiales – qu’on dira donc, innovons ! « macronymique » – EM ou « Aime » (En Marche / Emmanuel Macron).
Nous connaissons son passé d’étudiant brillant, posant au philosophe, mais choisissant le moule de l’Economie et de la finance – et donc le libéralisme à tout crin. C’est pour ça que les Français l’EM, nous explique-t-on.
Nous savons qu’il a amassé une certaine fortune comme associé-gérant chez Rothschild. Dépassant le million d’euros – 1,4 million pour la seule année 2011 ; pas loin d’un million encore en 2012.


Arrêtons-nous donc un instant sur ce point. Sait-on précisément quels marchandages ont permis à M. Macron d’amasser cette fortune ? Certains médias ont enquêté.


En 2014, le site Rue 89 a donné des détails sur l’un d’eux. Extrait : « Après de multiples rencontres avec Peter Brabeck, le patron de Nestlé croisé à la commission Attali, le banquier parvient à piloter le rachat des laits infantiles de Pfizer. La baston avec Danone est dantesque. La transaction est évaluée à neuf milliards d’euros. Grâce à son coup, Macron va se mettre “à l’abri du besoin jusqu’à la fin de ses jours” » ( http://rue89.nouvelobs.com/2014/08/28/fait-faisait-quoi-chez-rothschild-emmanuel-macron-254442 ).
Or donc, quelle opération aurait, selon Rue 89, mis à l’abri du besoin le conseiller-acquéreur de Rothschild, Emmanuel Macron ? Le rachat par Nestlé, pour plus de onze milliards de dollars, de la fameuse division laits infantiles de Pfizer, Wyeth Nutrition, en 2012.
Un business assez décrié. Il consiste en effet à fourguer – principalement aux pays pauvres et émergents, souvent manquant d’eau –, et à grand renfort de publicités, des laits maternisés et en poudre (!) censés se substituer au lait maternel (voir les pays ciblés par Nestlé, page 6 du PDF suivant : http://www.nestle.com/asset-library/documents/investors/nis-2013-vevey/bill-partyka-getting-to-know-wyeth-nutrition.pdf).
Bien des articles ont mis en cause ce business ( http://www.liberation.fr/planete/1998/05/25/le-lait-pour-bebe-plaie-des-pays-pauvres-15-million-de-nourrissons-meurent-chaque-annee-faute-d-etre_236961 ).
Pour des raisons sanitaires évidentes: http://www.dur-a-avaler.com/lait-maternise-lhistoire-dune-escroquerie/).
Et n’oublions pas, bien sûr, la fameuse émission d’Elise Lucet « Cash investigation » (France 2), qui mettait en cause la politique commerciale du groupe Danone en Indonésie ( http://www.francetvinfo.fr/economie/video-cash-investigation-elise-lucet-interpelle-le-directeur-de-danone-avec-des-ballons_1113853.html).
Enfin l’Organisation mondiale de la santé, ainsi que les législations nationales de nombreux pays, ont mis les populations en garde, si bien que la firme Nestlé elle-même ne peut faire moins que de déconseiller dans une certaine mesure (lire l’extraordinaire avertissement sur le site de Wyeth Nutrition : http://www.wyethnutrition.com/ ) la consommation de ses produits, sur les sites qui en font la promotion ! Ceci dans un communiqué type rappelant que « Breastfeeding is best for babies » (« Etre nourri au sein est le mieux pour les bébés », exemple encore ici, pour la Malaisie : https://www.wyethnutrition.com.my/en ) ! Surréaliste !
Ainsi connaissons-nous mieux l’origine de la fortune d’Emmanuel Macron : le lait maternisé têté par les pauvres de la planète, à leur corps (et d’abord celui des mamans) défendant. Bel objet spéculatif, en vérité.
Reste maintenant à savoir quelle poudre ou potion il va nous faire ingurgiter. A nous, les « riches »…
______
http://www.lefigaro.fr/societes/2012/04/22/20005-20120422ARTFIG00258-nestle-rachete-la-nutrition-infantile-de-pfizer.php