16587232_1431125986906528_5665870595903056097_o

60 jours au sommet, mission impossible d’Emmanuel Macron

Les opinions exprimées dans la présente publication sont celles de l'auteur.

Charles Rault est analyste et fondateur de Cyceon. "Vétéran de l'analyse de l'information" selon l'hebdomadaire américain Newsweek, il anime le blog Politique et Géopolitique.

Après Captain America, Iron Man ou Wolverine au cinéma, voici Emmanuel Macron en politique.

Passé méthodiquement et progressivement d’outsider à favori en quelques semaines mouvementées de la campagne présidentielle française 2017, le candidat du parti En Marche (EM) Emmanuel Macron enregistre une percée exceptionnelle dans les sondages au point qu’il dépasse aujourd’hui 9 mars 2017 la candidate du Front National (FN) Marine Le Pen selon la dernière enquête* publiée par Harris Interactive pour France Télévisions.

Inconnu il y a trois ans, entré en politique il y a six mois, jamais élu – même pas conseiller municipal, ancien Ministre de l’économie sous la présidence du socialiste François Hollande, Emmanuel Macron est un authentique objet politique non identifié – OPNI. Avec un parti politique embryonnaire, privé donc de subventions officielles, Emmanuel Macron et son équipe déploient des moyens techniques, médiatiques et opérationnels qui feraient presque passer Bygmalion et Nicolas Sarkozy pour les animateurs audacieux d’un groupuscule clandestin.

Peut-être Emmanuel Macron a-t-il trouvé le fil d’Ariane qui conduit directement à la popularité spontanée sans avoir à chercher son chemin dans le labyrinthe tortueux de la politique nationale. Son futur présumé prédécesseur François Hollande s’effacerait sans rancune – vraiment ? – et à l’unisson ou presque les rescapés du radeau percé du Parti Socialiste (PS) nageraient frénétiquement vers le hors-bord rutilant d’En Marche.

Socialistes, communistes, centristes, libéraux, écolos, trotskos, Emmanuel Macron les rassemblerait tous ou presque tel un évangéliste politique, prodige des médias et messie du suffrage. 60 jours avant le second tour de l’élection présidentielle qui aura lieu le 7 mai 2017, Emmanuel Macron est déjà favori. Son ascension fulgurante aurait donc déjà atteint son sommet pour entamer un vol stationnaire long de 60 jours le menant droit à l’Elysée.

Considérant la configuration de son programme, œuvre d’un œcuménisme exceptionnel, et les moyens de son parti bien difficiles à quantifier comme à identifier, Emmanuel Macron doit donc tenir 60 jours au sommet. Visant d’en haut ses adversaires, il peut tenir la place tel Fort Alamo, mais François Fillon comme Marine Le Pen concentreront tous leurs assauts sur cette unique place forte dont on ignore si elle est en pierre ou en papier.

60 jours au sommet, c’est à la fois colossal et mission impossible. S’il accomplit cette mission, Emmanuel Macron renverra au placard Marvel Productions pour devenir Iron Macron, une production En Marche.

* Le sondage Harris Interactive est cité comme illustration de la dynamique « exceptionnelle » d’Emmanuel Macron. Cela ne veut pas dire que l’auteur est d’accord avec les chiffres présentés par Harris Interactive. Lisez Macron à 26% et la gauche à 51%, pourquoi peut-on en douter? pour plus de précisions à ce sujet.

Vous aimerez aussiAu sommet, Emmanuel Macron pourrait bien dévisser

https://cyceon.com/fr/2017/03/09/60-jours-au-sommet-mission-impossible-demmanuel-macron/