13 avril 2017

L’essentiel du programme économique et social de Jean-Luc Mélenchon

L’essentiel du programme économique et social de Jean-Luc Mélenchon

Par AFP 13 avril 2017 à 10:10 (mis à jour à 10:57)

1012452-jean-luc-melenchon-a-lille-le-12-avril-2017

Jean-Luc Mélenchon à Lille le 12 avril 2017 Photo Philippe HUGUEN. AFP

Refonte ou sortie de l’Union européenne, transition écologique, fonctionnaires: les principales propositions du programme économique et social de Jean-Luc Mélenchon.

- Europe -

- Négocier avec l’UE la refonte des traités européens: fin de l’indépendance de la Banque centrale, abandon du pacte budgétaire européen, dévaluation de l’euro par rapport au dollar

- «Plan B»: si les négociations échouent, sortie des traités européens après référendum

- Dénonciation de l’accord CETA entre UE et Canada

- Energie, écologie, logement -

- Sortir du nucléaire et des énergies fossiles: 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050

- 100 milliards d’euros d’investissements écologiques et sociaux

- Stopper les projets de Notre-Dame-des-Landes et d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure

- Nationaliser EDF et Engie, les branches énergies marines et transport d’Alstom, éolienne d’Areva et les chantiers navals STX

- Interdiction des expulsions locatives sans relogement

- Instauration d’un ministère de la Mer, création de 300.000 emplois maritimes, développement de la pêche artisanale, fin du chalutage en eaux profondes

- Agriculture: redéfinition des normes d’élevage et réforme agraire pour limiter la concentration des terres et faciliter l’installation des jeunes

- Budget et fonctionnaires -

- Création de 200.000 postes de fonctionnaires, dont 60.000 enseignants et 10.000 policiers et gendarmes

- Impôt sur le revenu plus progressif et fusionné avec la CSG

- Taxer à 90% la tranche de revenu supérieure à 33.000 euros mensuels

- Remplacer le quotient familial par un crédit d’impôt de 1.000 euros/enfant

- Réduire la TVA sur les produits de première nécessité

- Renforcer l’ISF

- Baisser l’impôt sur les sociétés

- Taxe réelle sur les transactions financières

- Rachat de la dette publique par la Banque centrale

- Travail -

- Abroger la loi travail

- Réduire le temps de travail vers les 32 heures, 6e semaine de congés payés

- Interdire les licenciements boursiers

- Smic à 1.326 euros net en 2017

- Extension et revalorisation des allocations chômage

- Protection sociale et santé -

- Retraite à 60 ans avec 40 ans de cotisation

- Revalorisation des minima sociaux, allocation d’autonomie pour les 18-25 ans

- Allocations familiales au 1er enfant

- Remboursement à 100% des soins prescrits, abolition des dépassements d’honoraires

- Rapatriement dans la Sécurité sociale des complémentaires santé

- Création d’un corps de médecins fonctionnaires affectés dans les déserts médicaux

AFP
mes papier sur Mélenchon
http://citoyenveilleur.canalblog.com/archives/melenchon/index.html
http://citoyenveilleur.canalblog.com/archives/hamon__melenchon/index.html

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par naninet à - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires sur L’essentiel du programme économique et social de Jean-Luc Mélenchon

    MELENCHON : GRISBI ET PROMESSES ELECTORALES

    Il existe, dans les arrière-cuisines de la politique française de bas étage, un personnage qui, depuis plus de trente ans, officie en tant que chef cuistot populiste.
    Ce personnage, fort en gueule, est cependant réputé pour son habileté à camoufler ses gâte-sauces mensongers derrière un bagou chromé nickelé digne d’un Goebbels, le très officiel ministre allemand du 3ème Reich à la propagande et à l’Éducation du peuple.
    À distance d’un bon trois-quarts de siècle de ce propagandiste allemand de haut vol : grand spécialiste des coups tordus, de la démagogie et de la manipulation des masses, on voit actuellement s’agiter dans les eaux troubles de la politique française, un authentique acrobate du boniment égalitariste, nommé Mélenchon, dont la rhétorique atteint aujourd’hui de vertigineux sommets de sornettes, de postures et de faux semblants, tous à la hauteur de son culot bonimenteur et de ses acrobaties verbales.

    L’ennui, c’est que ce révolutionnaire ambiguë et de fausse facture humaniste, ce gourou prêcheur d’oracles à bon compte, ce généreux pourvoyeur de paniers percés et de chèques en blanc délavés jusqu’à la corde, ne soit que la copie conforme d’un F. Hollande, aujourd’hui aussi rutilant qu’un vieux kopek démonétisé.

    De plus, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, cet habitué des loges maçonniques, ami du très vénérable J. Attali : petit frérot pro mondialiste de la famille des trois points, ne dérogera sûrement pas à ses anciennes habitudes lucratives qui, après ses sempiternels tours de manège électoralistes, seront ce qu’elles ont toujours été. C’est-à-dire, une fois les élections pliées, et en attendant 2022, la continuation pépère de ses très profitables activités au… Parlement européen (!!!). Sans oublier (n’est pas F. Asselineau qui veut), les surplus sonnants et trébuchants acquis par la mise à l’encan de quelques brouettées de suffrages destinées au maintient pérenne de sa florissante et juteuse situation financière.

    D’autant que chez les dirigeants trotskistes, c’est un fait bien établi : on ne confond pas le grisbi avec les promesses électorales qui, elles, évidemment, sont toujours gratuites.

    C’est sans doute ce qui explique pourquoi ce cher Mélenchon, aux arrière-pensées pécuniaires destinées à son seul usage, tient tant à se montrer aux yeux de ses admirateurs exaltés, si prodigue en propos vides et en paroles creuses. Et, par là même, parvient, d’élections en élections — le temps de débiter ici et là quelques fantaisies de son cru —, à relooker son standing de privilégié en mode de vie humble et modeste.

    C’est pourquoi, à son exemple, et celui de ses amis du sérail européiste, les aventuriers stakhanovistes de la tromperie politique n’ont pas vraiment de souci à se faire. Du moins, tant que leurs groupies, leur fans et leurs soutiens continuent à bien tenir le Cap de leur crédulité béate… Jusqu’aux élections suivantes ?

    Aussi, pour ce qui est de la fin des festivités électives, et à titre de gratitude, afin d’éviter toute déprime militante et avant que chacun ne rentre chez lui le cœur gros de déception, il se murmure qu’au soir du 23 avril, une marmite « mélenchonnée » à ras bord de graillons mondialistes, de peaux de pieuvres atlantistes et de grosses têtes de poissons européistes, sera offerte à l’occasion de la clôture des bureaux de votes, à 20 heures très précises.

    Et le veau gras promis… de l’indépendance nationale ???

    Ah bon ? Quel veau gras… ???

    Posté par Thierry Theller, 14 avril 2017 à 09:28 | | Répondre
  • Syllogisme : Tous les hommes sont mortels, Socrate est un homme, donc Socrate est mortel. (Descartes)

    Variante frappée au coin du bon sens : Tous les francs-maçons sont mondialistes, Mélenchon est franc-maçon, donc Mélenchon est mondialiste.

    Dans le même esprit : A-t-on déjà vu un malfrat être ami de la probité

    A-t-on déjà vu un escroc être partisan de l'honnêteté ?

    A-t-on déjà vu la Franc-maçonnerie : mondialiste, apatride et supranationale, prendre position pour le bien public des nations ?

    Le constat ici est sans appel, Mélenchon : le franc-maçon, ami de l'argent, se moque des nigauds qui le soutiennent, ou, pire, qui votent pour lui.

    Si une image ou une photo valent mille mots, il en est une publiée sur « Finalscape », pas piquée des hannetons.

    Lien : http://www.finalscape.com/jl-melenchon-grisbi-et-promesses-electorales/

    Posté par Thierry Theller, 14 avril 2017 à 12:31 | | Répondre
  • « LA FRANC-FRANC MAÇONNERIE EST AU SERVICE DE LUCIFER »
    « Interview d’un ancien Franc-maçon »

    http://stopmensonges.com/la-franc-maconnerie-est-au-service-de-lucifer-interview-dun-ancien-franc-macon/?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=SM+news+letter

    Posté par Thierry Theller, 16 avril 2017 à 13:48 | | Répondre
  • LE VOTE DES EX ABSTENTIONNISTES

    Et si les ex abstentionnistes mettaient tout le monde d’accord, en votant massivement pour celui qui, dans cette campagne présidentielle, donne réellement des boutons au petit monde de richissimes viandards qui, depuis des décennies, nous mènent par le bout du nez ?

    D’autant que, à chaque élection importante, quantité de “Le Penˮ et de “Mélenchonˮ, qui n’ont jamais été que des leurres certifiés – ô combien ! – par une très longue expérience politique, sont mis en place pour égarer les citoyens au moyen de la peur et de la désinformation : sans doute pour mieux les orienter sur le candidat des prédateurs oligarchiques, censé, lui, être en capacité de berner le plus grand nombre d’électeurs.

    C’est sans doute aussi pourquoi, faute d’arguments dans leur guerre psychologique contre François Asselineau, le recours au stratagème des sondages bidonnés leur est devenu médiatiquement incontournable. Sauf qu’il n’est nul besoin ici d’être un Sherlock Holmes aguerri pour deviner les arrière-pensées de ces “serial trickstersˮ politiques en mal d’enfumage électoraliste.

    En effet, cousu de fil blanc, leurs procédés finassiers se révèlent être des plus simples : voire simplistes. Ils consistent, tout spécialement à l’encontre de F. Asselineau, à rabâcher au son des trompettes sondagières un pourcentage à tout le moins hors norme et peu fiable : situé entre le zéro infini et une énormité mensongère, parfaitement saugrenue, qui ne peut que laisser songeurs les plus candides de nos concitoyens.

    Toutefois, cette manipulation comptable est, de toute évidence, destinée à tromper les électeurs de bonne foi afin de les induire en erreur en leur donnant à penser que le candidat référencé par la haute finance bancaire ne saurait être que le seul à pouvoir remporter les suffrages.

    C’est, donc, au seul moyen de ce détournement de vote que cette arnaque élective est rendue possible. Sauf que le simple fait d’y croire, conduit nécessairement à tomber dans le piège tendu par la nomenklatura euro atlantiste, composée d’oligarques sans conscience ni scrupule. Et, surtout, contribue à porter au plus haut sommet de l’État un personnage (Macron) qui ressemble davantage aujourd’hui à un simulacre présidentiel qu’à un homme d’État en charge de hautes et lourdes responsabilités étatiques.

    Or, à s’en crever les yeux, François Asselineau, lui, est un homme de responsabilités. C’est-à-dire, un futur chef d’État potentiellement structuré. Et non sa caricature !

    C’est pourquoi, aujourd’hui, le Frexit se montre déjà comme le contraire d’une vue de l’esprit. Autrement dit : une réalité aux antipodes d’un esclavagisme européiste. Un esclavagisme que les ennemis de la France, qui en dépit et contre tout veut rester libre, ont tenté et tentent encore d’un bout à l’autre de leur existence mafieuse, de lui imposer contre son gré.

    Sauf qu’à présent, chez le plus grand nombre de citoyens français, la réalité du Frexit ne se perçoit plus autrement que comme un gage de liberté… inéluctable.

    Pour conclure, deux questions :

    – Peut-on gagner contre la volonté du peuple ?

    – Peut-on gagner contre la volonté d’ex abstentionnistes, résolus à s’asseoir dans la nouvelle embarcation historique du Frexit qui s’annonce… loin de la corruption politicienne d’une Europe bankstérisée jusqu’aux yeux ?

    Posté par Thierry Theller, 20 avril 2017 à 12:37 | | Répondre
Nouveau commentaire