ha ha ha , le catho bon teint il en prend une bonne, quel faux cul en plus d'être menteur, voleur etc.... pas étonnant que Pénélope ai l'air si malheureuse .

J'ai aussi appris qu'en novembre dernier, deux jour­na­listes du Monde révé­laient que  François Fillon aurait demandé à l’Ely­sée, via le secré­taire géné­ral Jean-Pierre Jouyet, d'accé­lé­rer les pour­suites judi­ciaires déjà enga­gées contre Nico­las Sarkozy. L'ex-président est pour­suivi pour son impli­ca­tion dans plusieurs affaires, telles que l'affaire Khadafi, l'affaire Tapie, l'affaire des sondages de l'Elysée, l'affaire Azibert ou encore l'affaire Bygma­lion. Fillon briguait la place et a fait choix Sarkosy, mieux vaut ne pas l'avoir comme ami

François Fillon : le brace­let de sa colla­bo­ra­trice Caro­line Morard retrouvé dans sa chambre d'hôtel

Heureu­se­ment que le brace­let a été retrouvé

Élodie MandelÉlodie Mandel | jeudi 20 avril 2017 à 20:15

carolinemorard2

C'est une histoire cocasse que nous raconte Closer dans son nouveau numé­ro… Comment sa colla­bo­ra­trice Caro­line Morard s'est fait très peur en croyant avoir perdu un brace­let de valeur… bijou fina­le­ment retrouvé dans la chambre de son patron. 

Pour le clan Fillon, cette campagne prési­den­tielle ressemble à un chemin de croix. Pollué par le Pene­lope Gate, le candi­dat des Répu­bli­cains peine à faire ses meetings sans jet de farine ou concours de casse­roles. Alors dans ce contexte diffi­cile, son étape sur l'Ile de Beauté le 1er avril avait des airs de week-end. D'ailleurs sur Twit­ter, le candi­dat se réjouis­sait de cette étape. Pour preuve, il avait réservé un 5 étoiles à Portic­cio... Mais au moment de repar­tir, l'une de ses plus proches colla­bo­ra­trices depuis 2012, Caro­line Morard, son atta­chée de presse « qui le suit comme son ombre », a perdu un objet auquel elle tient comme à la prunelle de ses yeux, une gour­mette à maillon de type Hermès, rapporte Closer dans son nouveau numéro.

Tout le monde étant déjà parti, elle se résout à appe­ler l'hôtel pour tenter de retrou­ver ce bijou si cher à son coeur, "qu'elle ne quitte que rare­ment" précise encore nos confrè­res… Après avoir fouillé l'hôtel, le brace­let est retrou­vé… pas dans sa chambre mais dans celle de son patron. Tout est bien qui finit bien dans cette enquête corse sur fond de prési­den­tielle.

Très solli­ci­tée depuis le début de la campagne et les affaires, Caro­line Morard est l'une des colla­bo­ra­trices les plus proches du candi­dat. Avec Anne Méaux et Myriam Levy, c'est elle qui est aux manettes de la commu­ni­ca­tion et gère ses rela­tions avec la presse. Si la jeune femme ne parle pas souvent d'elle, cette ex-cham­pionne de tennis deve­nue la «social media girl» du candi­dat avait néan­moins été l'objet d'un portrait dans Madame Figaro. C'est elle qui "orga­nise les rencontres avec les jour­na­listes, analyse sans cesse la couver­ture média­tique autour du candi­dat qu'elle repré­sente", peut-on lire dans son portrait. Toujours auprès du candi­dat, mais silen­cieuse, Caro­line Morard a fort affaire ces derniers jours… Il faut dire que les propos de François Fillon à l'encontre des médias ne sont pas passés inaperçus. Surtout un jour­na­liste de Quoti­dien a été molesté en marge d'un meeting, et une jour­na­liste d'une chaîne s'est fait cracher dessus…

http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/francois_fillon_le_bracelet_de_sa_collaboratrice_caroline_morard_retrouve_dans_sa_chambre_d_hotel_391965?page=3

Enregistrer

Enregistrer